CLASS-EDU Site personnel de conseils pédagogiques/didactiques

Théâtre en classe

vendredi 25 mai 2012, par classedu

Et les textes du répertoire jeunesse ? Ils ont toute leur place dans la classe. Ce sont des pièces écrites ou publiées à l’intention des jeunes. Elles portent un regard sur le monde par le biais de leur regard. Et je pense que les enfants ont bien besoin de ce regard. Alors qu’ils sont des « coeurs de cibles » publicitaires, il est indispensable qu’on leur parle en tant que personnes. Et le théâtre fait cela avec une portée éducative très forte. Par sa forme, l’écriture théâtrale se crée dans un rapport même imaginaire à l’espace, à la scène, au corps. Elle se pose dans des lumières, dans des bouches. Par ailleurs, cette écriture aborde les questions de fond de l’existence de l’homme. Comme dans les contes pour enfants, tout y est et les questions métaphysiques sont présentes dans le théâtre jeunesse car elles passent par le rapport à l’autre.

- Lire du théâtre ça n’est pas facile et ça s’apprend. C’est une lecture littéraire, à part entière, mais elle se fabrique en plus dans l’imaginaire de la scène. Il faut accompagner cette lecture, pour entendre la matière du texte. Et il faut tout entendre, pas seulement le dialogue, du titre à la liste des personnages en passant par la dédicace. Ces éléments fabriquent les images, l’espace. C’est une lecture inhabituelle loin du narratif, mais, les enfants aiment y entrer car l’écriture est assez proche de leurs propres jeux, il suffit de « faire la planche » dans ces écritures, mêmes peu ordinaires.
- Si on a dans l’idée d’imiter les professionnels du spectacle, on se trompe. Il existe des formes intermédiaires entre la lecture pour soi et la mise en scène. Une mise en voix des textes, par exemple au pupitre, est très intéressante, avec l’utilisation de choeurs. Elle permet de faire réellement vivre l’écriture, et les textes didascaliques donnent alors l’ambiance (un cimetière, la nuit, l’air est doux…) autant qu’une vraie mise en scène, impossible. Le nombre de personnages par rapport au nombre d’élèves n’a alors plus aucune importance. Ceux qui écoutent font le travail d’imaginaire et les accessoires n’interviennent que pour aider cette démarche.
- Il est dommage que dans les pratiques théâtrales à l’école on pense peu à l’écriture. Et quand elle existe, les propositions qui sont faites aux enseignants sont souvent des activités du type sketch. Or, le théâtre ne s’écrit pas comme ça. Quand on immerge les enfants dans le théâtre des auteurs actuels, dans des formes d’écriture « à la manière de », on peut ensuite leur proposer des expériences d’écriture qui permettent d’entrer dans une vraie théâtralité. Je préconise d’écrire surtout des débuts de pièces, et pour les autres. Ainsi l’écriture théâtrale trouve toute sa force. L’autre s’empare alors de l’écriture pour la mettre sur la scène, fût-elle imaginaire, et le théâtre peut naître !

P.-S.

Marie Bernanoce, maître de conférences à Grenoble 3, professeure agrégée de lettres auteure de A la découverte de cent et une pièces. Répertoire critique du théâtre contemporain pour la jeunesse, Éditions théâtrales

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0