CLASS-EDU Site personnel de conseils pédagogiques/didactiques
Accueil du site > Amphi CLASSEDU > Question d’objet transitionnel pour l’enfant

Question d’objet transitionnel pour l’enfant

dimanche 17 décembre 2017, par classedu

L’œuvre de Donald W. Winnicott (1896-1971) est centrée sur la nécessité, pour le développement de l’enfant, d’un environnement « suffisamment bon ». Faute de cela, il se construira une personnalité d’emprunt. L’environnement doit en effet s’adapter suffisamment bien aux besoins de l’enfant, il doit le « porter » psychiquement et physiquement : c’est le « holding ». Pour être « suffisamment bonne », la mère, tout comme l’enseignante, ne doit pas être parfaitement bonne, elle doit accompagner son enfant, mais lui laisser un espace d’imperfection dont il va pouvoir se saisir et à partir duquel il pourra développer des espaces qu’il s’appropriera peu à peu, des objets qu’il pourra dégager de lui-même et continuer à maîtriser pour s’en détacher ensuite. Dans « Jeu et Réalité », Winnicott parle d’un « voyage » qui conduit le petit enfant de l’état d’union avec sa mère à la réalité : « Le petit bout de couverture est ce que nous percevons de ce voyage qui marque la progression de l’enfant vers l’expérience vécue » « Ce n’est pas l’objet lui-même qui est transitionnel. Il représente la transition du bébé d’un état de fusion avec la mère à un état de relation avec la mère en tant que personne extérieure et séparée » (1) « Cet objet acquiert une importance vitale pour le petit enfant. C’est une défense contre l’angoisse, en particulier contre l’angoisse de type dépressif. » (1) L’objet transitionnel peut prendre différentes formes : le chiffon, la tétine, le pouce, mais aussi les babils du nourrisson, un répertoire de chansons avant de s’endormir… « Les qualités particulières de la relation à cet objet sont les suivantes (2) :
- 1- L’enfant s’arroge des droits sur l’objet et nous lui autorisons cette prise de possession.
- 2- L’objet est affectueusement choyé, mais aussi aimé avec excitation et mutilé.
- 3- L’objet ne doit jamais changer, à moins que ce soit l’enfant lui-même qui le change.
- 4- Il doit survivre à l’amour instinctuel, à la haine et si tel est le cas, à l’agressivité pure.
- 5- Il faut que pour l’enfant, l’objet communique une certaine chaleur, soit capable de mouvement et ait une certaine consistance.
- 6- Du point de vue de l’adulte, l’objet vient du dehors, il n’en va pas ainsi pour le bébé. Pour lui, l’objet ne vient pas non plus du dedans, ce n’est pas non plus une hallucination.
- 7- L’objet est voué à un désinvestissement progressif et les années passant, il n’est pas tant oublié mais relégué dans les limbes. Il n’est pas oublié et le bébé n’aura pas à en faire le deuil. S’il perd sa signification, c’est que les phénomènes transitionnels deviennent diffus et se répandent dans la zone intermédiaire qui se situe entre la « réalité psychique interne » et « le monde externe ».

Cet objet est « la preuve d’un commencement de relation avec le monde ». (1) « Ces choses se développent de pair avec le début d’un sentiment de sécurité et avec les débuts de la relation du bébé à une autre personne. » (1) Les phénomènes transitionnels constituent une étape essentielle dans le développement psychique et émotionnel de l’enfant. Il va pouvoir ainsi mettre en œuvre sa créativité dans son activité la plus pertinente entre 0 et 5 ans : le jeu. Le jeu permet le chevauchement de deux aires différenciées, celle de l’enfant et celle de l’autre. Il acquiert aussi la possibilité d’être seul en présence de quelqu’un. L’espace transitionnel apparaît comme la première formation symbolique, qui est contemporaine de l’acquisition du langage. On peut supposer aussi que penser ou fantasmer se rattache aux expériences transitionnelles. Si celles-ci sont vécues positivement, elles auront des conséquences durables sur son sentiment de sécurité interne et favoriseront l’élaboration d’une pensée autonome. L’enfant s’adaptera alors plus facilement à l’école.

P.-S.

(1) « L’enfant et sa famille ». D.W. Winnicott. (2) « Jeu et réalité » D.W. Winnicott.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0