CLASS-EDU Site personnel de conseils pédagogiques/didactiques

Contenus du programme en histoire à l’école

dimanche 17 septembre 2017, par classedu

Le programme est découpé en six périodes, la préhistoire étant distinguée de l’Antiquité, et vingt et un points forts. La liberté est laissée au conseil des maîtres pour répartir, comme il l’entend, cet enseignement au cours des trois années du cycle 3 . Cependant, il doit impérativement respecter l’ordre chronologique, base de l’intelligence historique, ne négliger aucune période, y compris la période récente. Si tous les points forts doivent être abordés , ils peuvent l’être inégalement et sous des formes différentes. Vouloir balayer l’ensemble de l’histoire dans la pre m i è re année du cycle n’est pas raisonnable et conduit à brouiller les esprits. La liberté pédagogique du maître reste évidemment entière. Mais il est nécessaire d’associer constamment la parole et l’écriture. Chaque leçon peut donner lieu à cinq moments : le maître demande d’abord aux élèves de dire les connaissances ou les représentations qu’ils ont du sujet. Puis il re p rend et corrige ce qui a été dit, établit le lien avec la leçon précédente, présente les idées fortes, sans hésiter parfois à « raconter » tel épisode ou à mettre en valeur par le récit l’action de tel personnage emblématique ; c’est l’occasion d’une première mise en place du vocabulaire qui sera retenu. Ensuite, deux ou trois documents simples sont distribués aux élèves qui, en groupes, prennent l’habitude d’en dire la nature, la date, l’auteur. Ils cherchent ensuite à en tirer la signification. Une fois le travail fait, le maître interroge les élèves et rectifie les erreurs, dégage l’important de l’accessoire et les aide à mettre en forme la trace écrite qui doit être conservée et retenue .

La préhistoire

Comment définit-on la préhistoire ? Comment, sans trace écrite, peut-on reconstituer cette période ? Les temps préhistoriques s’étendent sur plusieurs millions d’années. Nous savons peu de choses de n o s a n c ê t res, même si la connaissance que nous en avons a fait récemment de grands progrès. En s’appuyant notamment sur les re s s o u rces locales, on approchera donc la préhistoire par les traces qu’elle a laissées, par la façon dont elles ont été découvertes et exploitées, les lieux où elles sont conserv é e s (sols d’habitats, restes humains et animaux fossiles, outils, représentations pariétales et sculptées…).

- Points forts :

- Les premières traces de vie humaine, l’utilisation du feu, le début de l’agriculture en Afrique et en Europe méditerranéenne Selon les hypothèses actuelles, les premiers hommes apparaissent en Afrique et se répandent en Europe, en Asie et dans le monde entier. Progressivement, ils acquièrent la maîtrise du feu. À partir du I Xe m i l l é- n a i re avant notre ère, l’agriculture et l’élevage commencent à l’emporter sur la cueillette et la chasse au Moyen-Orient. L’habitat se sédentarise et les premiers villages sont créés. Ce mouvement atteint nos régions vers le I Ve m i l l é n a i re .
- L’élaboration d’un univers symbolique : l’apparition de l’art autour de la représentation de l’homme et de l’animal Composés de signes géométriques, de personnages humains et surtout d’une grande variété d’animaux, les gravures, les dessins et les peintures sont les premiers témoignages d’un monde symbolique et de croyances religieuses. Le créateur réfugié au fond de la grotte cherche par la représentation imagée à préserver son groupe des menaces des puissances maléfiques. Cette question est l’exemple d’un sujet à double approche, historique et artistique, permettant d’aborder l’importance du support, la forme et la composition du dessin, ainsi que ses diverses fonctions .

- Vocabulaire de base : A rchéologie, fouille, biface, fossile, nomade, sédentaire . Sources et documents à utiliser Gravures, dessins, peintures de l’art pariétal, traces d’habitat.

- Repères chrono l o g i q u e s
- 600000 : le feu. À partir du I Xe m i l l é n a i re avant notre ère, débuts de l’agriculture et de l’élevage au Proche-Orient.

L’ A n t i q u i t é

Ses limites : de l’invention de l’écriture à la chute de l’Empire romain d’Occident. Une grande partie de la période antique se déro u l e dans le Moyen-Orient et l’est du bassin méditerr a n é e n , lieu d’invention de l’écriture, où apparaissent, entre a u t res, de grandes civilisations, celles de l’Égypte et, plus tard, de la Grèce. Leur succède l’Empire ro m a i n qui s’étend pro g ressivement sur l’ensemble de la M é d i t e rranée et bien au-delà. Ces civilisations sero n t étudiées au collège. À l’école primaire, le pro g r a m m e commence avec l’entrée de notre terr i t o i re dans l ’ « H i s t o i re », c’est-à-dire avec l’arrivée des Grecs et des Celtes (appelés Gaulois par les Romains) et, plus e n c o re, avec la lutte entre Gaulois et Romains, la romanisation et la christianisation de la Gaule.

- Points forts :
- À l’origine de l’histoire du territoire français, une diversité qui en fait la richesse : populations premières, Grecs, Celtes (Gaulois) dominants Venus d’Europe centrale et installés en Europe occidentale, vers le Ve siècle avant Jésus-Christ, des gro upes celtes vivent en cités indépendantes et ont pour activité essentielle l’agriculture et l’élevage du porc. Ils sont réputés pour leur travail de diff é rents métaux, le fer en part i c u l i e r, et leur habileté manuelle (invention du tonneau). Avant eux, des Grecs se sont installés sur le rivage méditerranéen, créant les pre m i è re s villes de notre pays (Marseille, Nice…). Les uns et les autres y ont trouvé des populations déjà installées dont on ignore généralement les origines.
- La romanisation de la Gaule : Conquise par les Romains en plusieurs étapes, la Gaule est rattachée à l’Empire et peu à peu romanisée. On y use de la langue latine, d’où sortira peu à peu la langue française, dans une société où se côtoient hommes l i b res et esclaves. De nombreuses villes sont fondées ou t r a n s f o rmées (Bordeaux, Lyon, Toulouse, Besançon, Arles…) avec de grands édifices publics. Instruments de romanisation, le réseau routier et le grand commerc e se développent grâce à la liberté de circulation et à la paix qui va durer près de deux siècles et demi.
- De plusieurs dieux à un seul Dieu, dans la civilisation occidentale : la christianisation du monde gallo-romain. Au IIe siècle, des religions, venues du Proche - Orient , s’implantent dans le monde gallo-romain et l’ensemble de l’Empire. Parmi elles, le christianisme. Prêché par Jésus qui s’aff i rme fils de Dieu, il se caractérise par la croyance en un Dieu unique et en l’immortalité de l’âme, dans le prolongement de la religion juive, et par le commandement fait aux hommes, tous égaux entre eux, de s’aimer les uns les autres. Longtemps, il coexiste avec les autres religions. Le sujet sera approfondi au collège ; mais il est indispensable que les élèves aient une première information, ne serait-ce que pour comprendre les périodes suivantes et appréhender diverses formes d’expression artistique .

- Vo c a b u l a i re de base : Empire, démocratie, cité, ville, villa, amphithéâtre , t h é â t re, arène, thermes, aqueduc, temple, polythéisme, monothéisme, judaïsme, christianisme.

- Personnages et groupes significatifs : – Jules César, Vercingétorix. – Artisans gaulois et gallo-romains. S o u rces et documents à utiliser – Quelques extraits de La Bible, de La Guerre des G a u l e s de Jules César, quelques récits mythologiques en liaison avec la littérature, racontés par le maître . – Un monument, une voie romaine, une mosaïque, une poterie (en liaison avec les arts visuels).

- Pour aller plus loin –Utiliser les nombreuses ressources locales des départements. – Faire éventuellement appel à un tailleur de pierre pour comprendre les moyens de tailler le silex.

- R e p è res chro n o l o g i q u e s
- Autour de -600 : création de Massalia (Marseille) par des Grecs venus d’Asie Mineure.
- 509 : début de la République romaine. Autour de -450 : les Celtes, venus d’Euro p e centrale, s’installent en Gaule.
- 52 av. J.-C. : Ve rcingétorix est battu par JulesCésar (Alésia), conquête de la Gaule par les Romains.
- -6 ou -4 : naissance de Jésus-Christ, qui meurt autour de 30.
- 70 : destruction du temple juif de Jérusalem par les Romains, à la suite d’une révolte : il ne reste que le Mur des lamentations.
- 476 : fin de l’Empire romain d’Occident.

Le Moyen Âge (476-1492)

Les limites habituellement re t e n u e s : de la chute de l ’ E m p i re romain d’Occident à la chute de l’Empire romain d’Orient (1453) ou, plus souvent, à la découverte de l’Amérique. P o u rquoi cette période si lointaine continue-t-elle encore à marquer le XXIe siècle ? À partir du I Ve siècle, des peuples venus de l’Est, notamment les Francs et les Wisigoths, s’installent dans l’Empire romain, qui s’eff o n d re définitivement vers la fin du Ve siècle. Sur ses ruines s’établissent des royaumes fondés par des peuples g e rmaniques. Cette période est décisive dans notre passé national, avec le nom même de notre pays, l ’ é m e rgence de sa capitale et, en même temps, de grandes identités régionales. Décisive aussi pour l ’ E u rope avec, d’un côté, les diff é renciations terr itoriales et linguistiques mais, de l’autre, une p re m i è re forme d’unité religieuse (la chrétienté), c u l t u relle et artistique. C’est enfin le temps de l’établissement de la troisième grande religion monothéiste, l’islam, qui crée une nouvelle et brillante civilisation dominant le sud de la Méditerr a n é e . Les chrétiens et les musulmans s’aff ro n t e n t : invasion arabo-musulmane en Espagne et dans le sud de la France, plus tard croisades chrétiennes.

- Points fort s
- À la suite des migrations et des invasions, en p a rticulier celle des Francs, dislocation du pouvoir p o l i t i q u e et domination des seigneurs sur les paysans Parmi les peuples venus de l’Est, les Francs finissent par dominer la Gaule romaine. La conversion de Clovis au christianisme leur fournit l’appui de l’Église et facilite leur tâche. Leur langue, à côté du latin, est une composante majeure du français. Mais les invasions ont disloqué les grandes stru c t u res polit i q u e s : le pouvoir se localise autour du seigneur qui assure la sécurité grâce au château mais asservit les paysans. Les villes constituent un premier espace de liberté. Les eff o rts de restauration d’un pouvoir central plus fort autour de Charlemagne, dont l’empire s’étend sur toute l’Europe occidentale, ne résistent pas longtemps à de nouvelles invasions.
- Naissance de la France : un État royal, une capitale, une langue À partir du X I Ie siècle, s’aff i rme pro g ressivement la puissance royale, au détriment des grands seigneurs du royaume, autour de Paris, capitale des Capétiens, avec l’appui de l’Église. En même temps qu’ils bataillent contre les seigneurs à l’intérieur du royaume, les Capétiens défendent celui-ci contre ses voisins. La guerre de Cent Ans, avec son héro ï n e Jeanne d’Arc, fait naître une pre m i è re forme de conscience nationale, facilitée aussi par l’émergence de la langue française.
- L’Europe des abbayes et des cathédrales La religion chrétienne s’étend à toute l’Europe et imprègne l’ensemble des activités. Cette extension se traduit par l’édification de très nombreux monuments, payés par de riches donateurs. À l’art ro m a n succède l’art gothique, né au cœur du royaume de France (en relation avec les arts visuels). Les moines contribuent à l’aménagement de l’espace rural par d ’ i m p o rtants défrichages de forêts.
- En Méditerranée, une civilisation fondée autour d’une nouvelle religion, l’islam : conflits mais aussi échanges entre chrétiens et musulmans Une nouvelle religion, l’islam, s’installe à l’est et au sud de la Méditerranée et fait éclore une brillante civilisation qui s’étend même pendant tout le Moyen Âge sur une partie de l’Espagne, ce dont témoignent une belle arc h i t e c t u re et de magnifiques jardins (en liaison avec les art s visuels). La Méditerranée devient lieu de conflits e n t re musulmans et chrétiens, notamment autour des Lieux saints de Jérusalem (croisades). Mais, elle reste aussi un lieu d’échanges des produits et des idées ; les Arabes inventent l’algèbre et transmettent aux Européens la médecine et la philosophie gre c q u e s .

- Pour aller plus loin
- En lien avec la géographie, repérer des villes d’origine romaine.
- M o n t re r, dans la région de l’élève, les toponymes d’origine grecque et romaine et, dans la langue française, les origines latines.
- F a i re appel à un potier afin de voir les méthodes de fabrication des poteries gallo-ro m a i n e s .
- Connaître quelques plats de cuisine romaine.

- R e p è res chro n o l o g i q u e s
- 496 (?) : conversion de Clovis au christianisme.
- 622 : h é g i re, début du calendrier musulman : Mohammed (Mahomet en écriture occidentale) quitte La Mecque pour Médine.
- 800 : Charlemagne est sacré empereur à Rome. Sa capitale est Aix-La Chapelle.
- 987 : début de la dynastie capétienne qui gouvern e notre pays sans interruption jusqu’en 1789.
- 1099 : prise de Jérusalem, première croisade.
- 1453 : prise de Constantinople par les Tu rcs, fin de l’Empire romain d’Orient (byzantin).
- 1455 : p remier livre imprimé par Gutenberg à Mayence.

- Pour aller plus loin
- La chevalerie à travers les pierres d’une église romane ou gothique, le chant grégorien (en lien avec l’éducation musicale), le vitrail d’une cathédrale.
- Extraits du roman de Chrétien de Troyes, Perceval.
- L’importance du Moyen Âge dans notre imagination : le mythe des chevaliers de la table ronde ; succès persistant du roman de Victor Hugo, Notre-Dame de Paris (en lien avec la littérature) ; Jeanne d’Arc au cinéma (en lien avec les arts visuels).

- Vo c a b u l a i re à re t e n i r : Royauté, seigneur, église, abbaye, cathédrale, pèlerin, chrétienté, croisade, islam, mosquée.

- Personnages et gro u p e s s i g n i f i c a t i f s : – Clovis, C h a r l e m a g n e, Louis IX (saint Louis), Jeanne d’Arc, Marco Polo. – Les chevaliers, les paysans, les pèlerins.

- S o u rces et documents à utiliser
- Un château, une ville médiévale, une cathédrale ou une abbaye, une mosquée ou un palais arabe.
- Un itinéraire de pèlerinage (Saint-Jacques de C o m p o s t e l l e ) .
- L’ é c r i t u re : de la calligraphie au livre imprimé.

Du début des Temps modernes à la fin de l’époque napoléonienne (1492-1815)

Recul des limites du monde connu, émergence de l’individu, explication scientifique de l’univers, Déclaration des droits de l’homme : n’est-ce pas l’avènement d’un nouveau monde ? Cette période de trois siècles, riche de multiples événements, ouvre véritablement le monde modern e , ainsi qualifié par opposition à une époque contemporaine plus proche de nous. L’ensemble de la planète est désormais accessible, l’imprimerie facilite une l a rge diffusion des connaissances et des idées, une vision scientifique du monde émerge, aux X V Ie e t X V I I e siècles. Avec L’ E n c y c l o p é d i e, le X V I I I e siècle voit se développer l’intérêt pour les techniques. De grands textes fondateurs, marquant encore la vie politique et sociale de notre pays, sont élaborés : la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen et le Code civil. Mais la même période a vu le massacre des Indiens d’Amérique, une nouvelle forme d’esclavage avec la traite des Noirs, la Te rreur et l’apparition de « l a g u e rre de masse », plus meurt r i è re et caractéristique de la Révolution et de l’Empire .

- R e p è res chro n o l o g i q u e s
- 1492 : le Génois Christophe Colomb découvre les Amériques pour le compte de la ro y a u t é espagnole. Juifs et musulmans sont expulsés d’Espagne.
- 1543 : le Polonais Copernic aff i rme que la Te rre tourne autour du Soleil.
- 1 5 9 8 : Henri IV met fin aux guerres de religion en a c c o rdant aux protestants l’Édit de Nantes, qui tolère leur présence en France à côté des c a t h o l i q u e s .
- 1605 : l’Espagnol Cervantes écrit Don Quichotte.
- 1661 : début du règne personnel de Louis XIV.
- 1688 : la « glorieuse révolution » anglaise garantit des libertés individuelles et limite l’influence du pouvoir royal contrôlé par le Parlement.
- 1751 : premier volume de L’Encyclopédie.
- 1763 : mise au point de la machine à vapeur par l’anglais James Watt.
- 1 7 7 6 : déclaration d’Indépendance des États-Unis.
- 1789 : début de la Révolution française : Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.
- 1792 : Première République.
- 1795 : adoption du système métrique.
- 1804 : Napoléon sacré empereur à Notre-Dame de Paris. Code civil.
- 1815 : chute de Napoléon.

- Points fort s
- Le temps des découvert e s : l’ensemble de la planète d é s o rmais accessible, apparition d’un esclavage différent de celui de l’Antiquité Des raisons religieuses et économiques, dès la fin du X Ve siècle, conduisent les Européens à explorer les mers du globe, à découvrir les Amériques et à dominer une grande partie de la planète. De nouvelles f o rmes d’esclavage se développent alors dans les colonies d’Amérique à partir de la traite des Noirs, tandis que disparaît une partie de la population indienne d’Amérique.
- Une autre vision du monde, artistique, religieuse, scientifique et technique Parallèlement s’aff i rme un profond renouveau art i stique et littéraire, la Renaissance, facilité par un nouveau moyen de diffusion, l’imprimerie, avec une influence prépondérante de l’Italie (à traiter avec les arts visuels). Une nouvelle religion chrétienne apparaît, le protestantisme, fondée sur un rapport direct entre l’homme et Dieu et le rejet de la papauté. Dans le royaume de France, les catholiques, largement major i t a i res, s’aff rontent aux protestants dont la re l i g i o n est reconnue à la fin du X V Ie siècle par l’Édit de Nantes, puis interdite un siècle après. L’ a ff i rmation de Copernic, au X V I e siècle, renverse les idées courantes. C’est le point de départ d’une vision scientifique du monde qui va se développer avec le raisonnement initié par Galilée. Deux siècles plus tard, L’Encyclopédie témoigne de l’intérêt croissant des Français et des Européens pour les sciences et les techniques (partie à traiter en rapport étroit avec les sciences et la technologie).
- La monarchie absolue en France : Louis XIV et Versailles Le règne de Louis XIV voit l’apogée de la monarc h i e absolue, fondée sur le pouvoir de droit divin du roi et sur une société inégalitaire répartie en ord re s . C e rtains en sont totalement exclus : paysans très p a u v res et errants sur les routes. Le contraste est fort avec le faste de Versailles. Le Roi s’entoure d’art i stes et de grands écrivains.
- Le mouvement des Lumières, la Révolution française, le Premier Empire : l’aspiration à la libert é et à l’égalité, réussites et échecs Tout au long du X V I I Ie siècle, montent une aspiration à la liberté, symbolisée par les combats de Vo l t a i re pour la tolérance, et un certain désir d’égalité des droits. Le phénomène dépasse la France, il concerne l ’ A n g l e t e rre, dès la fin du X V I I e siècle, à travers sa révolution (1688), et la nouvelle nation américaine, à travers sa déclaration d’Indépendance (1776). La Révolution française en est l’aboutissement et m a rque la fin de la « m o n a rchie absolue d’Ancien R é g i m e ». La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen en est le texte fondamental, mais ne doit pas faire oublier la Te rre u r, exemple, parmi d’autre s , de la contradiction entre les principes et la réalité. Le Premier Empire est un autre exemple de décalage e n t re principes et réalités. Fervent républicain au d é p a rt, Bonaparte rétablit à son profit un pouvoir autor i t a i re sous la forme d’un empire héréditaire (Napoléon Ier). Néanmoins, il respecte et consolide les principales conquêtes de la Révolution en créant le Code civil. À l’extérieur, s’inspirant du souvenir de Charlemagne, il conquiert militairement un immense empire qui englobe plus de la moitié de l’Europe. Cet empire est é p h é m è re .

- Vo c a b u l a i re à re t e n i r Renaissance, monarchie absolue, privilège, encyclopédie, cahiers de doléances, Révolution, émigré, département, constitution.

- Personnages et groupes significatifs
- L é o n a rd de Vi n c i, Rabelais, Shakespeare , F r a n ç o i s Ie r, Henri IV, La Fontaine, Molière , L o u i sX I V, Vauban, Vo l t a i re, Bach, Mozart , Washington, Condorcet, Napoléon. – Les esclaves d’une plantation, les femmes de la Révolution.

- S o u rces et documents – Récits de voyage, planches de L’Encyclopédie. – Extraits de la déclaration d’Indépendance américaine. – Extraits de cahiers de doléances. – La Marseillaise. – Tableaux d’histoire des X V I Ie et X V I I Ie siècles et de la période napoléonienne.

- Pour aller plus loin – Les châteaux de la Loire, les jardins de Ve r s a i l l e s . – Chansons du X V I I Ie siècle et du temps de la Révolution. – La Flûte enchantée, opéra de Mozart (en rapport avec l’éducation musicale).

L e X I Xe siècle (1815-1914)

- Ses limites : de 1815, la chute de l’Empire de Napoléon, à 1914, début de la pre m i è re guerre mondiale.
- En quoi la société française a-t-elle changé ? La période est beaucoup plus courte que la précédente, moins de cent ans, mais elle est fondamentale pour comprendre notre temps. L’industrialisation et l’urbanisation transforment les économies et les sociétés de l’Europe occidentale. Face à la bourgeoisie, apparaît un monde ouvrier aux conditions de travail inhumaines. De grands mouvements de populations affectent désormais l’Euro p e . C’est le siècle de l’émigration et de l’expansion coloniale. En France, la République s’installe durablement, consolide les libertés fondamentales et développe l’instruction, mais la femme reste, comme dans le reste de l’Europe, à l’écart de la vie politique.

- Points fort s
- Une Europe en pleine expansion industrielle et urbaine à la re c h e rche de terr i t o i res et de débouchés : le temps de l’émigration et des colonies Les progrès de la médecine (Pasteur) entraînent l ’ a m o rce de la baisse de la mortalité. Surtout, les p rogrès scientifiques et techniques (fonte au coke, machine à vapeur, chemin de fer et, à la fin du siècle, électricité) suscitent la révolution industrielle, en E u rope occidentale (Royaume-Uni, France, Allemagne). L’industrialisation croissante entraîne une concentration de la main d’œuvre ouvrière dans les villes. Les échanges commerciaux sont bouleversés par le développement des chemins de fer et de la marine à v a p e u r. La bourgeoisie joue désormais un rôle de p remier plan : les patrons, pro p r i é t a i res de leurs usines, imposent aux ouvriers des conditions de travail inhumaines. Cette situation s’améliore progressivement, sous l’effet de l’union syndicale et de la lutte politique. Ne pouvant nourrir tous ses hommes, l’Euro p e voit partir des flux massifs d’émigrants, surt o u t vers le « rêve américain ». Dominants sur le plan économique, les États européens se lancent à la conquête du monde, à la re c h e rche de terr i t o i re s , de débouchés économiques. Ils créent de nouvelles colonies, ils imposent leur culture et diff u s e n t leurs valeurs.
- D i fficultés de la république à s’imposer en France : un combat politique de plusieurs générations Le X I Xe siècle est marqué en France par une lente marche vers le régime républicain, ce qui ne va pas sans détours ni hésitations : monarchies, révolution de 1848, Second Empire, crise de la Commune. La conquête du suffrage universel masculin, du droit à l’enseignement pour tous (lois de Jules Ferry) et des grandes libertés est liée à cette pro g ression. Il n’est pas utile de re n t rer dans le détail des régimes politiques successifs ; il suffit de montrer comment triomphe le régime républicain. Cette question est en relation avec l’éducation civique.
- L’inégalité entre l’homme et la femme : exclue du vote, inférieure juridiquement Les progrès de la démocratie rendent plus sensible la persistance de la situation inégalitaire des femmes qui, parfois, s’aggrave sur le plan juridique. Alors que certaines d’entre elles occupent une place significative sur les plans artistiques et scientifiques et qu’un nombre croissant accède à l’éducation et aux activités salariées, elles sont le plus souvent considérées comme mineures sur le plan juridique et n’ont pas le droit de vote.

- Vo c a b u l a i re à re t e n i r
- Nation, suffrage universel, colonies, bourg e o i s , industrialisation, émigration, exode rural, ouvriers, syndicats, grève, socialisme, impre s s i o n n i s m e , métropolitain, électricité.

- Personnages et groupes significatifs : Goethe, Victor Hugo, George Sand, E u g è n eD e l a c ro i x , Victor Schœlcher, la re i n e Victoria, Napoléon III, Louise Michel, J u l e sF e rry, Émile Zola, Gustave Eiff e l , MarieCurie, Jean Jaurès.

- R e p è res chro n o l o g i q u e s
- 1825 : o u v e rt u re de la pre m i è re ligne de chemin de fer en Angleterre.
- 1841 : i n t e rdiction du travail des enfants de moins de huit ans, en France.
- 1848 : Deuxième République, suffrage universel masculin, abolition de l’esclavage.
- 1871 : achèvement de l’unité allemande.
- 1875 : Troisième République.
- 1882 : école gratuite, laïque et obligatoire.
- 1885 : Pasteur met au point le vaccin contre la rage.
- 1886 : construction de la première automobile.
- 1889 : édification de la Tour Eiffel en rapport avec le centenaire de la Révolution.
- 1895 : première séance de cinéma à Paris.
- 1903 : premier vol des frères Wright. – Les écoliers sous la Troisième République, les ouvriers au X I Xe siècle, Français et indigènes musulmans en Algérie.

- S o u rces et documents – Pages de journaux. – Photos de Nadar. – La Case de l’oncle To m (1852) d’Elizabeth Beecher Stowe. – Extraits de Zola. – Une classe de la Troisième République. – Musée d’Orsay : gares du XIXe siècle. – Films de Lumière. – Tableaux et sculptures. – Une affiche publicitaire. – Cartes postales…
- À partir de cette époque, il est possible pour les enseignants de trouver des « t r a c e s » et de faire c o m p re n d re aux élèves que les sources de la connaissance du passé sont à portée de main pour qui sait les voir.

- Pour aller plus loin – La transformation des villes (Haussmann). – Écouter la parole du poète, témoin de son temps : Victor Hugo. – Le laboratoire de Pierre et Marie Curie (en relation avec les sciences expérimentales). – Une femme artiste, Camille Claudel (en relation avec les arts visuels).

Le X Xe siècle et le monde actuel

- De la planète en guerre au premier homme qui m a rche sur la Lune, que doit-on retenir de cette période ?
- On fait débuter le X Xe siècle au début de la pre m i è re g u e rre mondiale, parce qu’elle marque la fin de l’hégémonie européenne et l’émergence de la puissance américaine. Le contraste est grand entre l’ampleur des progrès scientifiques et techniques qui entraînent d’incontestables améliorations de vie pour la majorité des Français et des Européens et la violence du siècle, marqué par les massacres et les formes les plus extrêmes de l’intolérance et de l’exclusion, contre lesquels s’élèvent les voix de quelques grandes personnalités. Le développement de nouveaux moyens de communication et d ’ i n f o rmation accentue la « m o n d i a l i s a t i o n » et donne l’impression d’un « village planétaire », où chaque événement est immédiatement connu p a rtout et se répercute dans l’ensemble du monde. Cette mondialisation ne supprime pas les fort e s tensions et les inégalités entre les diverses parties de la planète. Pour chercher à améliorer la situation, se créent de nombreuses organisations intern a t i onales dont l’ONU, l’Organisation des NationsUnies, tandis que l’Europe cherche, non sans d i fficulté, à s’unifier.

- Points fort s
- La planète en guerre : l’extrême violence du siècle La pre m i è re guerre mondiale marque le siècle ; communisme, fascisme, nazisme en sont en grande p a rtie issus ainsi que la seconde guerre mondiale. Elle annonce l’extrême violence du siècle marq u é par la guerre totale, les génocides et le goulag. Après 1945, les pays coloniaux obtiennent leur indépendance soit pacifiquement, soit à l’issue de conflits. La France est en guerre en Indochine, puis en Algérie. La fin du X Xe siècle est marquée par des massacres en Afrique et au cœur de l’Euro p e ( g u e rres dans les Balkans). L’ONU s’eff o rce de t rouver des solutions pacifiques dans les nombre u x c o n f l i t s .

- R e p è res chro n o l o g i q u e s
- 1914-1918 : première guerre mondiale.
- 1917 : révolution russe.
- 1939-1945 : seconde guerre mondiale.
- 1940 : Le Dictateur de Charlie Chaplin.
- 1944 : droit de vote des femmes en France.
- 1945 : création de l’ONU.
- 1946 : premier ordinateur.
- 1954-1962 : guerre d’Algérie.
- 1957 : mise en marche de l’Europe.
- 1958 : Cinquième République.
- 1969 : le premier homme marche sur la Lune.
- 1989 : la chute du Mur de Berlin (construit en 1961) ; la Convention internationale des droits de l’enfant.
- 2000 : Gao Xia Jian, écrivain chinois, naturalisé français, reçoit le prix Nobel de littérature .
- 2002 : l’euro, monnaie européenne.

- L’ e x t e rmination des juifs par les nazis : un crime contre l’humanité Pour la première fois dans l’histoire du monde, des hommes, des femmes et des enfants doivent mourir pour la seule raison qu’ils appartiennent à une c u l t u re et à une religion considérées comme une race. C’est ainsi que plus de cinq millions de juifs vont disparaître dans les camps d’exterm i n a t i o n nazis. Les Tsiganes subissent le même sort. En France, la « c o l l a b o r a t i o n » du gouvernement de Vichy facilite grandement les déportations vers les camps de la mort tandis que la résistance civile et militaire permet à de nombreux juifs d’être sauvés. Les actes de barbarie dans une Europe autrefois sûre de ses valeurs morales et humaines engendrent le doute et l’angoisse ; ils conduisent à rechercher une nouvelle définition et affirmation des droits universels de l’homme (en appui de l’éducation civique).
- La Cinquième République : pour commencer à c o m p re n d re le fonctionnement de notre système démocratique Née en 1958, la Cinquième République est caractérisée par le rôle important du président de la République. À partir de 1962, il est élu au suffrage universel pour sept ans et depuis 2000, pour cinq ans. À côté de lui, le pouvoir législatif est composé de l’Assemblée et du Sénat (en appui de l’éducation civique).
- La société en France dans la deuxième moitié du XXe s i è c l e : les progrès techniques, la fin des campagnes et le bouleversement des genres de vie La France connaît, depuis 1950 environ, une période d’expansion économique et une pro s p é r i t é p a rtagée par le plus grand nombre, même si c’est de façon inégale. Les genres de vie, tant à la ville qu’à la campagne, se modifient très vite et très pro f o ndément sous l’influence de nouveaux progrès scientifiques et techniques appliqués à la vie quotidienne (automobile, matériel ménager, radio, puis télévision et ord i n a t e u r ) . L’automatisation dans tous les domaines entraîne une diminution considérable du nombre des agriculteurs et des ouvriers des grandes usines. La France, comme les autre s pays développés, accueille des femmes et des hommes d’origines géographiques et sociales très diverses. Les loisirs (cinéma, sports, vacances d’été ou d’hiver) prennent une place de plus en plus i m p o rtante. Les progrès de la médecine aboutissent à un progrès spectaculaire de l’espérance de vie à la naissance. Mais en dépit d’une législation de protection sociale, ces progrès rapides n’empê- chent pas le chômage, l’exclusion et la grande p a u v re t é .
- Les arts, expression d’une époque : à partir d’un ou deux exemples français et/ou internationaux (au choix des enseignants) Plus que jamais, les arts sont un observ a t o i re privilégié de l’évolution de la société contemporaine dans sa diversité. De plus en plus accessibles à un vaste public, ils participent à l’ouvert u re au monde et aux autres cultures. Cette question peut nourr i r une classe à projet artistique et culturel et se traite en étroite relation avec l’éducation art i s t i q u e .
- La mise en place de l’Union européenne Elle est abordée en géographie

- Vo c a b u l a i re à re t e n i r : G u e rre mondiale, guerre civile, tranchées, arm i s t i c e , nationalisme, fascisme, nazisme, communisme, d é p o rtation, camps d’extermination, Résistance, débarquement, Libération, bombe atomique, décolonisation, chômage, télévision, consommation, loisirs, livre de poche.

- Personnages et gro u p e s s i g n i f i c a t i f s : Georg e s Clémenceau, Igor S t r a v i n s k y, H é l è n eB o u c h e r, Wi n s t o n C h u rchill, C h a r l e s d e G a u l l e, Jean M o u l i n , A n n e Frank, Albert Einstein, Charlie C h a p l i n , P a b l o Picasso, Louis A rm s t rong, G a n d h i, M a rt i nL u t h e r King, Pablo N e ruda, L é o p o l dS .S e n g h o r. – Les poilus dans les tranchées, les femmes au travail, résistantes et résistants.

- S o u rces et documents : Les sources sont considérables. Le maître attire r a donc plutôt l’attention sur les formes nouvelles d’arc h i v e s : actualités cinématographiques, re p o rt a g e s photographiques, entretiens oraux, entre autres de déportés et de résistants, Internet.

- Pour aller plus loin – Initier à une première analyse de presse (la Une d’un journal). – Les rapports entre la publicité et l’histoire. – En liaison avec la géographie, comparer le paysage familier de l’enfant avec celui de l’immédiat après-guerre, grâce aux photos et au cinéma. – Un fait de société, le sport aujourd’hui. L’évolution d’une ville française depuis un demisiècle (en lien avec la géographie et l’architecture dans les arts visuels).

Voir en ligne : Source et complément

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0