CLASS-EDU Site personnel de conseils pédagogiques/didactiques
Accueil du site > Enseigner le français, la langue, la grammaire > Enseigner les variations morphologiques du verbe, la conjugaison

Enseigner les variations morphologiques du verbe, la conjugaison

jeudi 14 septembre 2017, par classedu

- Rappel des objectifs : Les programmes recommandent de limiter l’étude des variations morphologiques du verbe aux temps verbaux les plus fréquents : présent, passé composé, imparfait, passé simple, futur, présent du conditionnel et présent du subjonctif. L’objectif est de parvenir à une compréhension des régularités du système des désinences (règles d’engendrement) qui permette d’écrire correctement des formes verbales dont la réalisation écrite comporte des variations qui souvent ne se marquent pas à l’oral.
- Ce que le maître doit savoir : Les verbes en français comprennent deux éléments, le radical (ou base) et la terminaison (ou désinence). Le radical est l’élément lexical qui apporte le sens quelles que soient les variations en temps, mode, personne et nombre. La terminaison apporte les informations de nature grammaticale : temps, mode, personne et nombre. Ces informations peuvent être successives comme dans nous aimons , où le radical aim- est suivi de la désinence -ons, pour la 1ère personne du pluriel, à comparer à nous aimerons, où le -r vient marquer le futur. Elles peuvent aussi être rassemblées en une réalité unique : je suis.

- On peut dégager les régularités suivantes dans les terminaisons grammaticales :

− les marques de temps précèdent les marques de personne et de nombre : je retourn-er-ai, nous ven-i-ons ; − l’imparfait se forme avec « -ai » pour les personnes du singulier je ven-ai- s, il mange- ai- t et i pour les personnes du pluriel vous pren-i-ez ; − le futur et le conditionnel se forment avec -er : nous prend-r-ons, vous retourn-er-ez, ils commenc-er-aient.

Il est indispensable d’habituer les élèves à consulter les outils de référence : dictionnaires, répertoires de conjugaison, manuels de grammaire, etc. Ceux-ci peuvent avoir privilégié l’une ou l’autre des classifications.

- Éléments pour une programmation des activités

- Cycle II

- L’élève emploie correctement les temps les plus fréquents des verbes usuels (indicatif présent, passé composé, imparfait et futur ; subjonctif présent).

- Cycle III

- En CE2
- constitution de répertoires de formes verbales à partir de textes variés, premiers essais de classification.
- construction collective des tableaux des temps principaux (indicatif présent, passé composé, imparfait et futur ; subjonctif présent) ;
- introduction des notions de radicaux et de terminaisons ;
- observation des régularités de construction, élaboration de quelques règles d’engendrement simples (3ème personne du pluriel en –nt, 2ème personne du singulier en –s, -r du futur, etc.) ;
- observation des régularités orthographiques ; systématisation et mémorisation ;
- observation des situations où l’on écrit ce que l’on n’entend pas, mémorisation.

- En CM1

- entraînement, dans des situations de lecture, de reformulation et d’écriture, à l’utilisation des formes rares dans le langage oral courant (passé simple, conditionnel, subjonctif) ;
- systématisation des tableaux de formes verbales (temps au programme) ;
- mémorisation des règles d’engendrement simples ;
- mémorisation des régularités orthographiques, en particulier dans les situations où l’on écrit ce que l’on n’entend pas ;
- comparaison entre temps simples et temps composés, observation des temps composés, construction avec avoir et avec être, observation des différences d’accord du participe passé.

- En CM2

- poursuite de l’entraînement, dans des situations de lecture, de reformulation et d’écriture, à l’utilisation des formes rares dans le langage oral courant (passé simple, conditionnel, subjonctif, temps composés rares comme le futur antérieur) ;
- mémorisation des tableaux de formes verbales (temps au programme) ;
- mémorisation des régularités orthographiques, en particulier dans les situations où l’on écrit ce que l’on n’entend pas ;
- entraînement à l’usage écrit des temps composés ; construction avec avoir et avec être, observation des différences d’accord du participe passé. (La maîtrise n’en est pas exigée à l’école primaire).

Pour construire la programmation, le maître retiendra quelques principes pour organiser le travail sur les formes verbales et la valeur des temps :
- comprendre le système plutôt que vouloir faire mémoriser la liste de toutes les formes
- présenter les formes verbales en système « les règles d’engendrement »
- analyser les besoins des élèves à travers les erreurs relevées dans leurs productions écrites
- réfléchir à l’utilité de la notion : emplois, rentabilité orthographique
- tenir compte des listes de fréquence
- partir des acquis des élèves, en particulier des formes bien maîtrisées à l’oral pour centrer l’attention sur les marques écrites
- mettre en relation formes orales et formes écrites
- faire formuler des régularités à partir de l’observation et du classement de formes verbales
- consacrer des séances différentes à la morphologie et à l’emploi des temps verbaux
- apprendre à consulter les outils de référence commercialisés : dictionnaire, tables de conjugaison, utilitaires

Voir en ligne : Source et complément

P.-S.

La présentation des verbes français en "tables de conjugaison" et en "trois groupes" est la façon classique en grammaire scolaire d’aborder l’organisation du système morphologique. Cette organisation traditionnelle en trois groupes repose sur l’identification des terminaisons des infinitifs. Apparemment simple, elle ne permet pas d’engendrer des formes verbales appropriées puisqu’un même verbe peut avoir plus d’un radical (exemple, coudre : comment aller de je cousais à nous coudrons ?). Elle accorde beaucoup d’importance aux verbes du 1° groupe qui, d’un point de vue statistique, sont en fait peu fréquents. On ne peut attendre d’avoir travaillé les verbes du premier et du second groupe pour travailler sur les verbes du troisième groupe qui se trouvent dans les 100 premiers mots les plus utilisés du français. On ne doit pas être surpris de rencontrer d’autres modes de classement. Ainsi, le nombre de radicaux d’un verbe constitue-t-il un autre principe de classement, très fécond et qui ne recoupe pas celui basé sur les terminaisons des infinitifs. Les verbes peuvent avoir un seul radical : fermer, courir, conclure ; deux radicaux : finir, lever, écrire ; trois radicaux dormir, offrir, craindre ou plus devoir, avoir, savoir, vouloir, faire, être, paraître. Ce sont en fait les verbes à radicaux multiples (plus de trois) qui sont les plus fréquents à l’oral comme à l’écrit. Nous rappelons aux enseignants que les pensums, avec ou sans conjugaison ne sont pas de mise à l’école.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0