CLASS-EDU Site personnel de conseils pédagogiques/didactiques
Accueil du site > Enseigner le français, la langue, la grammaire > Entrainement à la lecture à haute voix

Entrainement à la lecture à haute voix

samedi 9 septembre 2017, par classedu

Les situations de pratiques et d’entraînement doivent être fréquentes.

Selon les difficultés des élèves, on se donnera des objectifs différents et on variera les propositions :

– améliorer la reconnaissance rapide des mots : c’est là un travail de fond liant lecture et écriture ; – apprendre à repérer les groupes de mots : ce repé- rage contribue à affiner la perception du sens d’une phrase autant qu’il en est une conséquence. Des marques dans le texte peuvent préparer la lecture à haute voix ; – apprendre à utiliser la ponctuation. On proposera aux élèves :
- des phrases un peu longues dans lesquelles le respect de la ponctuation est une condition pour se faire comprendre,
- des phrases dans lesquelles le changement de ponctuation entraîne une modification du sens (« Le maître lui enfonce son bonnet sur ses oreilles » et « Le maître, lui, enfonce son bonnet sur ses oreilles ») ou des phrases ambiguës ; – s’entraîner à l’articulation avec des jeux et des exercices de type virelangue (les chaussettes de l’archiduchesse par exemple) ; – s’entraîner à moduler la voix en fonction du sens du texte ou de son intention2 :
- on donnera aux élèves des phrases qu’ils devront lire en fonction des indications données par des verbes ou des adverbes tirés au sort (chuchoter, murmurer, crier, lentement, rapidement, fort, joyeusement, tristement, etc.),
- un élève ou le maître lira une phrase d’une certaine manière, un autre élève essaiera de l’imiter ou de la lire différemment.

Avant la lecture à haute voix, il convient de :

– comprendre le texte, se donner des intentions de lecture ; – préparer sa lecture : encadrements, soulignements, marques de pauses et de liaisons, prise en compte des critères de réussite déterminés en classe, etc. ; – éventuellement, s’entraîner à la lecture à haute voix avec un magnétophone ou un auditeur. Après la lecture, on peut utiliser le magnétophone pour se réécouter et repérer ses hésitations et ses erreurs à l’aide d’une grille d’évaluation formative. Les appréciations (éloges ou critiques) et les conseils des autres élèves peuvent être recherchés à partir de cette même grille.

Il va de soi que ces exercices et entraînements ne fonctionnent pas à vide et sont destinés à aider les élèves à devenir plus compétents dans les activités qui nécessitent une lecture à haute voix.

Certains projets de classe peuvent mettre les élèves dans des situations favorables à ce type de communication, entre autres :

– organiser des temps de lecture pour une autre classe ; – enregistrer un livre-cassette pour la BCD ; – enregistrer une émission de radio et avoir à y lire de brefs messages écrits par avance ; – participer à un moment d’échange de lectures ; – présenter la « mise en voix » d’une pièce de théâtre (ou de quelques scènes), sans aller nécessairement jusqu’au jeu ; – préparer un moment « lecture de poèmes » ou « lecture théâtralisée » pour un spectacle de classe ou d’école.

Voir en ligne : Source et complément

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0