CLASS-EDU Site personnel de conseils pédagogiques/didactiques
Accueil du site > Amphi CLASSEDU > De l’évaluation des compétences

De l’évaluation des compétences

mardi 25 avril 2017, par classedu

- La théorie de la conceptualisation développée par Gérard Vergnaud constitue un pilier fort de la didactique professionnelle. Elle-même s’inscrit dans la suite des apports du constructivisme de Piaget. Dans La prise de conscience (1974a) puis dans Réussir et comprendre (1974b), Piaget s’était déjà intéressé au lien entre performance et conceptualisation (et donc aux dimensions que Mayen (2003) propose de prendre en compte pour évaluer des compétences). Dans le deuxième ouvrage, il explique que dans le cas d’épreuves simples, « l’action précède la prise de conscience descriptive et la compréhension » (1974b, pp. 111-112). Cependant, il poursuit en indiquant qu’« au fur et à mesure de la complexité croissante des actions, celles-ci comportent une conceptualisation qui peut les devancer pour les guider, les accompagner ou les suivre de plus ou moins près » (Ibid.).
- Dans ses conclusions (pp. 241-242), il écrit : Comprendre consiste à dégager la raison des choses tandis que réussir ne revient qu’à les utiliser avec succès, ce qui est certes une condition préalable de la compréhension, mais que celle-ci dépasse puisqu’elle en arrive à un savoir qui précède l’action et peut se passer d’elle.

- Approfondissant la célèbre formule de Vergnaud « Au fond de l’action, la conceptualisation », la didactique professionnelle postule que l’action efficace, la compétence, est organisée et que cette organisation se présente sous la forme de ce que Pastré (2001, p. 6) appelle la structure conceptuelle d’une situation : La compétence d’un opérateur ne se réduit évidemment pas à la maîtrise de la structure conceptuelle de la situation. Mais celle-ci constitue la clé de voûte de la compétence autour de laquelle vont s’organiser de façon hiérarchisée des habiletés, des procédures, la gestion de ressources, etc. L’identification de la structure conceptuelle d’une classe de situations professionnelles correspond à la dimension cognitive des compétences. Une structure conceptuelle peut être vue comme un système construit autour de concepts organisateurs (en nombre restreint) organisant globalement l’activité sur base de variables. Ces variables renvoient à des indicateurs, c’est-à-dire des observables permettant d’évaluer la valeur prise par ces variables dans une situation déterminée.
- Ce système permet de faire un diagnostic sur la situation en cours d’activité et d’orienter cette dernière en conséquence.

Voir en ligne : Suite de l’article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0