CLASS-EDU Site personnel de conseils pédagogiques/didactiques

La (nouvelle) corolle lexicale

mardi 10 mai 2016, par classedu

- La corolle lexicale est né de la nécessité d’ordonner l’exploration autour d’un mot : qu’il s’agisse d’un travail de vocabulaire visant à enrichir, préciser, structurer ou d’une recherche de matériaux pour la création poétique. C’est un outil pour les maîtres, du moins dans la présentation qui est donnée ici ; la corolle peut aussi devenir un outil pour les élèves, mais au terme d’un travail progressif, dont elle peut constituer la synthèse : et dans ce cas, tous les pétales ne sont pas également garnis.

- Constitution de la corolle : Au centre : le mot, avec toutes ses dimensions potentielles ; sa forme (signifié oral et graphique), son sens (signifié dénoté, mais aussi connoté), son histoire, son statut social…Les divers pétales rayonnant autour du cœur, invitent à des explorations de nature et d’ampleur variées. C’est ainsi que l’on retrouvera des rubriques relevant de branches classiques de la lexicographie (étymologie, champ lexical et analogique, champ sémantique…), d’autres relevant de la sémiologie et de la mythologie, d’autres proches de la syntaxe (traits syntaxiques et lexicaux…), d’autres ouverts sur les multiples dimensions de la culture (le pétale en bas à droite, qui n’est en fait qu’un catalogue renvoyant à des dossiers) ; enfin, la dimension individuelle prend toute sa place, avec la recherche de mots connotés.

- A quoi peut servir la corolle ? Rappelons- le : il s’agit d’un outil pour le maître ; une sorte de réservoir d’idées…mais les élèves peuvent, eux aussi, s’en emparer parfois.

- Découvrir les fonctionnements du vocabulaire Les pétales ne sont pas simples accumulations, ils sont organisation du lexique. On peut chercher à les garnir, et cela conduit à choisir les démarches et les outils appropriés. Par exemple les dictionnaires de langue généraux, ou spécialisés que sont le Dictionnaire du français contemporain, Lexis, ou les dictionnaires de mots et expressions…
- On peut aussi clarifier les notions d’homonymie, synonymie, antonymie…qui parfois ne concernent pas les mêmes pétales.
- On peut enfin synthétiser les connaissances que l’on a construites sur le lexique.
- Constituer un matériau en vue de la création poétique Certains pétales sont, à cet égard, particulièrement riches : ils peuvent devenir des réservoirs de mots ou d’expressions :
- le champ lexical et analogique
- les connotations
- les mots de la famille, séries dérivationnelles et analogiques
- les mots qui se ressemblent (homonymes, paronymes, mots qui riment…)
- les expressions et locutions
- les proverbes et dictons
- Fournir des occasions de jeux de création verbale A côté du lexique ayant droit de citer dans les dictionnaires peuvent naître des mots en liberté, enfants naturels de la fantaisie (et d’un minimum de connaissances) ; on peut ainsi inventer :
- des dérivés : machinophobe, machinomane
- des composés : oiseau-machine, papillon-machine…
- des expressions : en avoir par-dessus la machine, n’avoir plus sa machine à soi…
- des proverbes : une machine ne fait pas le printemps, etc…

- Tous ces termes fantaisistes peuvent être le noyau de créations parodiques (faux articles de dictionnaires, petits récits, petits textes explicatifs…).

Voir en ligne : Suite de l’article d’origine

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0