CLASS-EDU Site personnel de conseils pédagogiques/didactiques
Accueil du site > Pilotage scolaire > Solutions d’avenir pour un nouveau pilotage du Primaire

Solutions d’avenir pour un nouveau pilotage du Primaire

mercredi 25 novembre 2015, par classedu

La solution EPEP

Le premier scénario est celui de l’EPEP. Déjà proposé en 2004, il s’est heurté à des résistances dans l’éducation nationale mais aussi chez les maires. Enfin il a du mal à correspondre à la réalité des écoles : sur les 32 000 écoles élémentaires, par exemple, 25 000 ont moins de 9 clases et 11 000 moins de 4. " Dans le cas d’une entité unique, le directeur devenu chef d’établissement serait sur place et assumerait les tâches de direction. Dans le cas de groupements, le chef d’établissement serait implanté dans une école et il se déplacerait en tant que de besoin. Pour conserver la présence d’un interlocuteur au sein de chaque école du groupement, un référent y serait nommé, non déchargé mais avec une indemnité", note le rapport.

L’EPEP permettrait une gestion mutualisée des moyens et une action pédagogique plus efficace. " Le statut de directeur, chef d’établissement, permettrait de répondre plus facilement aux exigences des nouvelles réformes, notamment l’organisation du temps scolaire, l’articulation avec le temps périscolaire, et dans ce cadre la gestion des personnels", note le rapport.

Dans ce scénario les directeurs seraient associés aux conclusions des inspections des enseignants. Une meilleure concordance serait assurée entre les territoires administratifs et pédagogiques.

La solution EPSC

Le second scénario évoqué par le rapport est celui de l’établissement public du socle commun (EPSC). " L’établissement du socle commun comprendrait un collège et les écoles élémentaires et maternelles de son secteur : la ou les écoles élémentaires qui « alimente(nt) » le collège, la ou les écoles maternelles qui « alimente(nt) » la ou les écoles élémentaires. L’école maternelle serait ainsi intégrée. L’exemple fourni par les REP+ peut servir de référence éventuelle à l’émergence d’une conception intégrée de l’école maternelle au collège". Le rapport juge que cela permettrait une meilleure continuité pédagogique école - collège et une meilleure mutualisation des moyens.

Du coup la mission des IEN évoluerait . Ils ne seraient plus des "super directeurs" mais "auraient à évaluer les stratégies et actions menées dans les établissements sur des territoire splus grands", à l’image des IPR. Il reviendrait aux conseillers pédagogiques de faire face aux difficultés rencontrées avec les élèves.

Voir en ligne : Article complet en ligne sur le Café Pédagogique

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0