CLASS-EDU Site personnel de conseils pédagogiques/didactiques
Accueil du site > Enseigner le français, la langue, la grammaire > Vers la fin de l’écriture à la main ?

Vers la fin de l’écriture à la main ?

dimanche 17 janvier 2016, par classedu

Abandonnerait-on un jour l’Écriture manuscrite ? L’ informatique pourrait nous le faire croire ! Les processus d’apprentissage en seraient bouleversés. Mais le stylo n’a pas dit son dernier mot. L’ordinateur et son clavier vont-ils bientôt nous faire renoncer a |’écriture manuscrite ? En réalité, aucun pays n’a encore émis d’instructions officielles pour remplacer l’apprentissage de l’écriture manuelle par l’écriture sur clavier », rassure Edouard Gentaz, directeur de recherches au CNRS et professeur de psychologie du développement a |’Université de Genève". D’autant que, du point de vue neuroscientifique, il n’existe aucun intérêt à délaisser le stylo.

« Le geste d’écrire permet de se créer une mémoire sensorimotrice spécifique à chaque lettre, explique Jean—Luc Velay, chercheur au Laboratoire de neurosciences cognitives du CNRS et de |’Université Aix-Marseille. Cette mémoire du geste se réactive en situation de lecture, en même temps que la représentation visuelle des lettres. » Apprendre à écrire à la main faciliterait ainsi l’apprentissage de la lecture.

Apprendre par le corps

De fait, lire relève d’un processus complexe, multimodal et multisensoriel », selon Edouard Gentaz. II implique de retenir et d’associer trois formats : visuel, audio et sensorimoteur. « En ajoutant cette trace sensorimotrice, on maximise les chances de mémoriser les lettres. D’autant que la main est le seul organe comportant un aussi grand nombre de récepteurs sensoriels. »

Les recherches menées auprès des élèves d’écoles maternelles le confirment : l’identification des lettres est meilleure pour les élèves ayant appris à écrire à Ia main. Pour l’apprentissage de l’orthographe aussi : « L’écriture manuscrite pourrait jouer un rôle bénéfique dans la mémorisation de enchaînement des différentes lettres, même si cette hypothèse reste à confirmer », indique Jean-Luc Velay. Seule exception : les enfants dyspraxiques, qui présentent un trouble de la motricité fine et ne peuvent automatiser le geste d’écrire à la main. Ils peuvent toutefois suivre du doigt les lettres en relief : c’est un mouvement plus simple à exécuter sur le plan moteur qui peut les aider à se créer des représentations motrices », précise le chercheur.

Qu’en est-il chez les adultes ?

Des études ont montré que la prise de notes manuelle par les étudiants pendant les cours est plus pertinente que celle effectuée sur clavier : elle faciliterait le travail de synthèse et de compréhension. « Si les modalités d’apprentissage changent au profit de l’écriture sur clavier, l’impact pourrait être très important sur les processus qui se mettent en place au niveau cérébral », ajoute Jean- Luc Velay. Le risque : la disparition de la mémoire sensori-motrice, si utile.

Cursive ou scripte ?

Mais le débat qui agite actuellement la communauté éducative se situe ailleurs : faut-il opter pour l’écriture cursive (ou « liée ») ou pour la scripte (ou « détachée ») ? Chaque pays a sa propre culture en la matière, note Edouard Gentaz. En France, en Suisse et au Québec, les enfants apprennent l’écriture cursive dés les premières années d’apprentissage, contrairement aux pays anglo-saxons qui privilégient la scripte. » Avec pour chacune ses avantages. Les mouvements biomécaniques, plus simples à exécuter dans la cursive que pour les lignes droites de la scripte, faciliteraient Ia vitesse d’écriture. La cursive permettrait aussi de mieux distinguer les mots dans la phrase. A contrario, la forme de la lettre scripte est plus proche des caractères lus le plus couramment dans les livres et sur les écrans, favorisant ainsi une meilleure identification. "Lorsque nous personnalisons notre tracé en grandissant, nous faisons presque toujours un mélange des deux", conclut le Professeur Gentaz.

Katia Vilarasau

(1) Auteur de La main, le cerveau et le toucher, éditions Dunod, 2009. (2) Voiraussi http://webcom.upmf-grenoble.fr/LPNC... (3) Notamment aux personnes souffrant d’alexie (trouble d’accès à la lecture) suite à un accident vasculaire cérébral (AVG).

P.-S.

Article extrait de VALEURS MUTUALISTES ; n°297 JUILLET/AOUT 2015

DES TABLETTES SUMERENNES AUX ECRANS TACTILES Tablettes de cire ou en argile, cylindres-sceaux, stèles en pierre, papyrus, soie, pointes de roseau, plumes... : depuis l’invention de l’écriture, les outils et supports n’ont jamais cessé d’évoluer dans le temps. A l’ère informatique, le geste d’écrire n’a pas encore dit son dernier mot, prenant une nouvelle dimension par le biais des stylets et des écrans tactiles. Des usages inédits qui pourraient également devenir objets d’études des neurosciences.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0