CLASS-EDU Site personnel de conseils pédagogiques/didactiques
Accueil du site > Formation professionnelle des enseignants > Apprentissage expérientiel pour se former au métier

Bases théoriques de l’Apprentissage Expérientiel

Apprentissage expérientiel pour se former au métier

jeudi 25 juin 2015, par classedu

- A bien des égards, les théories qui sont à la base de l’apprentissage expérientiel sont aussi utiles aux apprenants qu’aux formateurs. Elles permettent notamment aux apprenants : de comprendre comment travailler efficacement en groupe ; de reconnaître les phénomènes qui se déroulent dans le groupe ; d’acquérir les aptitudes requises en vue d’un travail d’équipe efficace.

Le Cycle d’apprentissage expérientiel de David Kolb.

Kolb est l’auteur du cycle d’apprentissage qui porte son nom. Ce cycle concrétise les bases théoriques de l’apprentissage expérientiel.

Kolb affirme que l’apprentissage est plus efficace et plus puissant lorsqu’il est fondé sur l’expérience personnelle et surtout s’il est suivi une réflexion sur cette expérience (débriefing). Il est utile de présenter ce modèle aux participants au début de la formation. Cela permet de s’assurer que les apprenants sont au courant de la structure de la formations.

- 1 : Expérience concrète (on entreprend l’activité)
- 2 : Observation réflexive/débriefing (on débat des processus engagés dans l’activité)
- 3 : Conceptualisation abstraite (on identifie les domaines dans lesquels les aptitudes manquent ou sont peu ou pas mises en pratique en ce moment)
- 4 : Expérimentation active (on entreprend l’activité suivante pour mettre en pratique les points d’apprentissage identifiés).

Source : http://w2.uco.fr/ cbourles/OPTION/T...

En1984, David A. Kolb publie "Experiential Learning". Dans cet ouvrage, il expose essentiellement le principe qu’une personne fait son apprentissage par la découverte et l’expérience. David Kolb a étudié l’apprentissage et a remarqué que toute personne qui se trouve en situation d’apprentissage passe par un cycle de quatre phases. Selon ce dernier les styles d’apprentissage peuvent être perçus selon deux continuums allant de concret à abstrait et d’actif à réflectif. On retrouve donc le continuum du traitement de l’information et celui de la perception de l’information. Selon le modèle de Kolb, l’apprenant évolue sur ces continuums selon ses appréhensions mais également selon ses préférences à traiter ou à percevoir l’information. Kolb considère qu’il est préférable d’apprendre selon un cycle permettant d’expérimenter les quatre modes d’apprentissage afin de bien comprendre un sujet Cependant, il a également observé que chaque personne préfère en général une phase de ce cycle.

Kolb a donné un nom aux différents types d’apprenants, en fonction de la phase du cycle d’apprentissage qu’il préfère.

- Le divergent :

Il préfère les phases d’ expérience concrète et de réflexion sur cette expérience. Les divergents s’intéressent aux gens et aux émotions. Il a le sens de l’observation, il est habile à percevoir un objet ou un problème sous différents angles. Il apprécie les activités novatrices, il a une imagination fertile et des intérêts variés. Il s’intéresse aux personnes et accorde de l’importance aux sentiments. Il apprécie apprendre par l’expérience.

- L’assimilateur :

Il préfère les phases de réflexion sur une expérience et de conceptualisation abstraite et théorique d’une expérience. Les assimilateurs aiment créer des modèles théoriques et s’intéressent moins que les autres aux gens et aux applications pratiques des connaissances. Il réorganise logiquement des informations, jongle avec les idées et les théories. Il apprécie les cours théoriques.

- Le convergent :

Il préfère les phases de conceptualisation abstraite et théorique de l’expérience et de mise en application de l’idée/action. Les convergents aiment être pratiques et ont tendance à être peu émotifs. De plus, ils préfèrent composer avec des choses plutôt qu’avec des gens. Il préfère résoudre des problèmes donc la solution est unique. Il a des facilités dans les taches techniques et dans la prise de décision. Il apprécie les projets et les activités autogérés

- L’accommodateur :

Il préfère les phases d’expérience concrète et de mise en application de l’idée/action fondée sur cette expérience. Les accommodateurs s’adaptent facilement à de nouvelles expériences et ont tendance à trouver des solutions. Il apprend par manipulation, exécutant les tâches. Il aime être impliqué dans la planification et la réalisation d’activités, il fonctionne par essais / erreurs plutôt que par la logique ; Il a tendance a se fier aux réflexions des autres plutôt que sa propre analyse, il accepte facilement de prendre des risques. Il apprécie les exercices en petit groupe.

Source : http://enseignants.insa-toulouse.fr...

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0