CLASS-EDU Site personnel de conseils pédagogiques/didactiques
Accueil du site > Dictionnaire de la formation > L’abstraction réfléchissante

L’abstraction réfléchissante

jeudi 7 mars 2013, par classedu

L’abstraction réfléchissante porte sur des formes encore appelées schèmes (toutes activités cognitives du sujet). Elle consiste en une lecture des propriétés des actions sur l’environnement (assembler, classer, sérier...). Elle est une généralisation de l’abstraction pseudo-empirique qui n’a plus besoin de support concret pour constater les propriétés du sujet. Elle permet la généralisation de la relation de cause à effet. L’abstraction réfléchissante pouvant s’exercer au travers d’activités logico-mathématiques, porte sur la considération des transformations conduisant d’un état à un autre état. Elle permet de construire les aspects opératifs (cinétiques et dynamiques) de la connaissance.

‘« L’abstraction réfléchissante comporte toujours deux aspects inséparables : d’une part, un « réfléchissement » c’est-à-dire la projection (comme par un réflecteur) sur un palier supérieur de ce qui est tiré du palier inférieur (par exemple de l’action à la représentation) et d’autre part, une « réflexion » en tant qu’acte mental de reconstruction et réorganisation sur le palier supérieur de ce qui est ainsi transféré de l’intérieur ».76 ’ L’abstraction réfléchissante est un processus qui permet la construction de nouvelles formes de connaissance provenant des savoirs ou savoir-faire que le sujet possède déjà. On peut distinguer trois temps dans ce processus : l’abstraction qui consiste à dégager certains modes d’organisation des connaissances du sujet ; puis, le réfléchissement qui revient à projeter ce qui a été abstrait sur un plan de connaissance supérieur ; enfin, la réflexion ou reconstruction sur le nouveau plan.

Dans le premier temps, le sujet dégage non pas une propriété de la réalité telle que la forme ou la couleur comme c’est le cas dans l’abstraction empirique, mais une propriété de ses activités. Il ne s’agit pas d’une propriété matérielle de l’action, ni en général de contenus de pensée. L’abstraction réfléchissante, comme le souligne Piaget, dégage des actions leurs coordinations les plus générales comme, par exemple, le fait de réunir, ordonner ou mettre en correspondance.

Dans un deuxième temps, la connaissance abstraite est projetée sur un plan de connaissance d’une nature supérieure ou plus complexe. Tout ceci n’a de sens que dans le cadre d’une théorie psychologique qui distingue une hiérarchie de niveau de connaissance (cf. les différents stades piagétiens). Pour Piaget, il y a réfléchissement aussi lorsqu’une connaissance ou théorie devient objet de réflexion. La représentation en pensée de ce qui était auparavant connu sur le plan de l’action seule est un exemple particulièrement net de réfléchissement.

Dans un troisième et dernier temps, la réflexion ou réorganisation sur le nouveau plan revient à une reconstruction. Il est nécessaire de traduire ce qui a été dégagé dans les termes du nouveau plan (c’est ce qui permettra par exemple l’expression d’une formule abstraite). D’autre part, les éléments tirés du plan inférieur sont mis en relation avec ceux qui existent déjà sur le nouveau plan (un concept est comparé à un autre, etc.).

La réflexion enrichit considérablement la connaissance extraite. L’abstraction réfléchissante permet l’obtention d’une nouvelle forme de connaissance (ou instrument de pensée). Selon Piaget, on peut assister à deux types d’effets : soit le sujet crée un nouveau schème (instrument de connaissance) par différenciation, soit il aboutit à « l’objectivation » d’un processus de coordination d’activité : ce qui était instrument de pensée devient objet de pensée élargissant ainsi le champ de conscience du sujet. Ainsi, l’abstraction réfléchissante conduit aussi bien à la construction de formes ou structures de raisonnement que de notions. Il est important de noter que l’abstraction réfléchissante n’est pas nécessairement accompagnée de prise de conscience : nous ne sommes pas toujours conscients des nouveaux instruments de raisonnement que nous utilisons.

Voir en ligne : Plus d’infos

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0