CLASS-EDU Site personnel de conseils pédagogiques/didactiques
Accueil du site > Formation professionnelle des enseignants > La mise en place des écoles supérieures du professorat et de l’éducation : les (...)

La mise en place des écoles supérieures du professorat et de l’éducation : les conclusions

Rapport de l’IGEN et IGAENR

dimanche 21 septembre 2014, par classedu

À l’image des ESPE, le tronc commun de formation est au milieu du gué. Si sa mise en place, articulée à des principes et à des objectifs clairement formulés, a été globalement approuvée et soutenue, elle n’en demeure pas moins fragile et confrontée à des défis importants. Dans toutes les ESPE visitées, le tronc commun doit évoluer vers plus de professionnalisation et plus d’inscription dans des contextes concrets d’exercice, pour que se construise une réelle culture commune à dimension opérationnelle. C’est dire qu’il doit subir des changements, très significatifs parfois, pour prendre sa part à une formation de qualité et plus cohérente, pour convaincre des étudiants souvent perplexes de son utilité et de son efficacité. Ces évolutions ne seront envisageables que si tous les acteurs se réapproprient l’intention qui a présidé à la création des ESPE et le sens investi dans l’idée d’un tronc commun de formation. Aucun acteur ne saurait faire l’économie de ce travail de compréhension et d’intelligence qui en fin de compte décidera, sans doute, de la réussite ou de l’échec des projets substantiellement unis de l’ESPE et du tronc commun. La culture commune que visent les enseignements de tronc commun n’est pas indifférente à l’harmonie des représentations dont peuvent témoigner les acteurs des ESPE, tous engagés dans un projet qui exige d’eux non une identité de vues, mais le partage de certains principes et de quelques convictions. De ce partage pourra naître une communauté ouverte, condition d’une réflexion sur les moyens de rétablir et de perfectionner une formation initiale, continuée et continue des enseignants adaptée à notre temps. Le principal défi des ESPE est un défi humain : œuvrer à une culture commune entre les différents acteurs. Les évolutions et les réussites du tronc commun de formation dépendent de la capacité d’action et de mobilisation des acteurs engagés dans chaque ESPE. Ceux-ci sont les chevilles ouvrières de la rénovation et il convient de leur faire confiance, de leur donner le temps de mesurer les limites des dispositifs mis en place et d’en concevoir de plus adéquats. Cette dimension du temps est essentielle. Elle invite à inscrire toutes les perceptions et les analyses que chacun formule dans une durée qui leur enlève tout caractère définitif et irrévocable. Elle exige que les évolutions, aussi bien des représentations que de la réalité soient suivies et étudiées pour instruire une véritable connaissance de ce qui se fait en ESPE en matière de tronc commun. Elle suggère enfin d’attendre la fin d’un cycle complet de deux années de master MEEF pour ébaucher un bilan raisonné de la formation dispensée en ESPE et, plus particulièrement, du tronc commun de formation. Seul ce bilan formé à l’épreuve de la réalité et du temps permettra de dessiner des évolutions fiables et assurées.

Voir en ligne : Lire le rapport complet

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0