CLASS-EDU Site personnel de conseils pédagogiques/didactiques
Accueil du site > Actualités éducatives > Janvier 2011 : Faut-il en finir avec les évaluations nationales

Dis-moi maître, on apprend quand ?

Janvier 2011 : Faut-il en finir avec les évaluations nationales

mardi 11 janvier 2011, par classedu

Dans une tribune accordée au Café pédagogique, Alain Refalo explique pourquoi il invite à résister aux évaluations nationales du primaire.

"Avons-nous pour mission de préparer des individus à s’insérer dans le monde impitoyable de l’entreprise, du marché et de la concurrence, à être une main d’œuvre malléable et corvéable à merci, ou bien avons-nous pour vocation à éveiller des consciences, à former les futurs citoyens, lucides, autonomes et responsables qui sauront vivre ensemble en se respectant, sans se faire violence, sans exclure l’autre ?" Alain Refalo, professeur des écoles et responsable du mouvement de Résistance pédagogique , vise par ces questions l’évaluation nationale de CM2 qui sera proposée aux écoliers dans quelques jours. Pour lui, s’opposer à cette évaluation c’est résister à une " logique de destruction du métier d’enseignant et plus largement de l’école publique"

Voir en ligne : Lisez la tribune d’Alain Refalo sur le Café Pédagogique

P.-S.

Note du directeur du site :

Pensez-vous que le temps de l’apprentissage de notions corresponde au temps de l’évaluation ? En d’autres termes, temps cognitifs (le temps nécessaire pour que s’installe une véritable assimilation notionnelle comprise sans aucun doute et réinvestissable à juste titre dans d’autres situations, pour preuve de l’apprentissage et non illusion) correspond-il au temps didactique (c’est-à-dire au temps passé en classe devant le maître qui fait manipuler, construire une connaissance, qui la fait l’exercer et juste ensuite l’évalue en terme bi-normée acquis/non acquis ?) Et qu’est-ce qu’apprendre sinon comprendre et réutiliser ce qu’on a compris dans divers domaines et non remplir mécaniquement et automatiquement des exercices qui ne montrent pas le cheminement du "comment l’élève a effectué" son exercice, qui ne fait pas place à aucune explicitation des procédures mises en place par l’élève pour réussir, qui ne prend pas en compte la place de l’erreur dans les processus cognitif d’apprentissage (apprendre par tâtonnements). Certes, l’enseignant ne peut piloter la classe en aveugle : il a besoin de repères pour savoir où en sont les élèves, il doit prélever des indices sur l’apprentissage en développement afin de déterminer la zone de proche développement des élèves (Vygotski) et ajuster sa pratique enseignante. Il a plusieurs casquettes : il est planificateur et préparateur de séances d’apprentissage, il en est l’animateur en classe et il est contrôleur des acquisitions. Mais certes pas selon un format national, standardisé, en pleine année scolaire qui fait place avant tout à la culture du résultat, du bachotage, de l’illusion d’apprentissage et de développement cognitif ! Et vous, qu’en pensez-vous ?

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0