CLASS-EDU Site personnel de conseils pédagogiques/didactiques
Accueil du site > Enseigner le français, la langue, la grammaire > Situations de manipulation autour des verbes de la phrase

Situations de manipulation autour des verbes de la phrase

mardi 29 septembre 2009, par classedu

- Le défi des conjugaisons : Relever des verbes dans un texte et observer leurs terminaisons. Classer les verbes en fonction de ces dernières en les inscrivant sur des cartons bristols pour constituer des classements de conjugaison, dans le même esprit du « jeu des 7 familles ». Des échanges entre les familles de verbes conjugués peuvent ensuite s’effectuer entre élèves en groupe restreint. Cette activité renforce l’aptitude à reconnaître les verbes. Elle entraîne les procédures de catégorisation et de classement.

- Un récit à l’infinitif : A partir d’un thème proposé aux élèves, leur demander de trouver un ensemble de verbes que le thème induit. Puis leur demander l’infinitif de ces verbes. A la fin, les élèves peuvent rédiger un court texte de 5 lignes exclusivement composé de verbes à l’infinitif. L’objectif est de fixer la notion d’infinitif du verbe, accroître l’aptitude à reconnaître et manipuler les verbes en entraînant des procédures de classement et de catégorisation. Exemple et prolongement possible avec la lecture du poème de Georges Perec : "Déménager".

- Les devinettes : Cette activité permet d’écrire sous une forme plaisante de courts textes au présent en utilisant tous les pronoms sujets L’objectif est de conjuguer des verbes au présent en contexte. L’élève doit choisir un animal et écrire une devinette qui donne des indices pour découvrir de quel animal il s’agit. Préciser : « Donne des indices : comment vis cet animal, quelles sont ses habitudes, son cri, que mange-t-il ? Dans quelle région peut-on le trouver ? » Comme réponse attendue, nous pouvons obtenir : « Nous vivons dans les Alpes. En hiver, nous hibernons. Au printemps, nous sortons de notre terrier. Nous sommes très craintives. Nous nous cachons à la première alerte. Nous sifflons pour prévenir d’un danger. Nous nous mettons debout pour surveiller les alentours ».

- Le défi des terminaisons : Cette activité fait travailler sur les grandes régularités des terminaisons au présent. Indépendamment de la nature des mots et des différences de prononciation, il s’agit d’une activité favorisant une prise de distance par rapport à la langue. Ainsi, « s » et « ent » par exemple ne sont pas forcément des marques de pluriel. L’objectif est donc de gagner en agilité dans la manipulation de ces finales en distinguant les différents usages des finales « ent », « s » ; « ons » « et « ez », pour les élèves de cycle 3. La consigne est la suivante : « Tu sais que certaines terminaisons sont très régulières : « -es » avec le ronom « tu », « -ons » avec le pronom « nous » et « -ez » avec le pronom « vous ». Aujourd’hui, tu vas écrire des phrases utilisant le plus possible de mots finissant par ces terminaisons. Pour t’aider, tu utiliseras les trois banques de mots ». Veiller à mettre à disposition de l’élève une banque de mots utiles. Les réponses attendues sont du type : « Tu portes de grosses lunettes noires comme Jules » ; « Nous cueillons de bons champignons pour nos moutons ».

- Les drôles de phrases : Cette activité vise à provoquer surprise (et pourquoi pas plaisir) devant des phrases cocasses qui utilisent des homophones (verbes, noms, adjectifs) qui ne se distinguent que pas leurs terminaisons. Cette prise de distance permet d’engager une réflexion métalinguistique et de déclencher aussi des procédures de catégorisation et d’accords. L’objectif est de mobiliser la vigilance orthographique qui permet aux élèves d’écrire les marques du pluriel (s/ent) à bon escient. C’est l’attention consciente apportée à ce type de procédures qui permet, peu à peu, l’automatisation de ces mêmes procédures. La consigne donnée aux élèves est la suivante : Complète ces phrases très bizarres ; « Même enrhumées, les mouch.... ne se mouch.... jamais ! » ; « Ils asperg.... les asperg.... » ; « Les chiens se nich.... dans leurs nich... » ; « Oh ! Des louch... qui louch... » ; « Les projecteurs n’aveugl... pas les aveugl...... » ; « Les téléphon.... march.... mais les march.... ne téléphon.... pas ! » ; « Est-ce qu’il timbr... les envelopp...., ou est-ce qu’il envelopp.... les timbr.... ? » ; « Les bateaux sombre.... dans les eaux sombre.... de l’océan ». Ces exercices permettent de faire observer aux élèves les constituants de la phrase (Groupe Sujet, Groupe Verbal, Groupe Circonstanciel) : avec leurs identifications ; leurs fonctionnements, leurs accords... selon le niveau des élèves.

- Le domino des terminaisons : Il s’agit d’un jeux d’accord sujet/verbe. En l’absence totale de contexte, l’attention est exclusivement portée sur l’appariement sujet-verbe-terminaison, avec la contrainte supplémentaire d’un double appariement. L’objectif est de maîtriser l’accord du verbe conjugué à un temps simple et de son sujet. Pour ce faire, l’enseignant doit constituer des jeux de dominos avec sur les uns le sujet + le radical du verbe et sur sur l’autre une terminaison. Exemple en page 42 du livret Sceren « Le verbe au quotidien » d’Antoine Fetet.

P.-S.

Démarches extraites du livret Sceren : « Le verbe au quotidien » d’Antoine Fetet, CRDP Bourgogne, à acheter dans les librairies pédagogiques et sur sceren.fr

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0