CLASS-EDU Site personnel de conseils pédagogiques/didactiques

Valise d’aide à la professionnalisation des nouveaux enseignants

Pratiques recommandées dans le domaine de l’écrit

mardi 2 janvier 2007, par classedu

Pour associer les élèves à leurs apprentissages, pour qu ’ils se repèrent dans leur progression, il importe d’effectuer des choix qui permettent de les rendre actifs dans la gestion de leurs travaux, travaux qui sont l’objet d’une préparation et d’un suivi précis de la part des enseignants.

- 1. Afin que les élèves, se repèrent aisément parmi les différentes étapes de l’apprentissage, on distinguera clairement le brouillon (cahier, feuilles volantes, ardoise, etc.) qui permet de tâtonner, d’expérimenter, de chercher ; les exercices d’entraînement où l’erreur est au centre de l’apprentissage (cahier du jour ou classeur) : on peut se tromper, l’évaluation a un caractère formateur ; les exercices d’évaluation sommative qui sont en correspondance avec le livret d’évaluation ; les documents de référence (leçons, règles, mémos, etc.)

- 2. L’écrit de l’enseignant est toujours exemplaire, que ce soit sur les fiches reprographiées ou sur les cahiers des enfants.

- 3. Tous les exercices d’entraînement sont corrigés par le maître. L’écrit de l’enseignant ne se limite pas à des appréciations : il aide l’enfant à identifier ses erreurs et ses réussites, y compris en maternelle. L’enseignant initie les élèves à la relecture de leurs travaux en fonction de critères.

- 4. Les supports reprographies sont toujours de qualité : en nombre mesuré, soigneusement choisis ou conçus en fonction de la progression de la classe, lisibles, de format adapté aux cahiers et classeurs des élèves afin qu’ils n’aient pas à les plier, de sorte qu’ils restent aisément consultables. En maternelle tout particulièrement, des exercices photocopiés tels quels, sans manipulation, sans situation concrète vécue, sont rarement pertinents.

- 5. Les textes à mémoriser (poésies, leçons de géographie, règles, etc.) sont toujours parfaitement lisibles ; on évite de donner à mémoriser des textes mal calligraphiés ou émaillés de corrections de la part du maître ou de l’élève. Les procédés de mémorisation sont identifiés et, à partir du cycle 2, mises explicitement à la disposition des élèves, sous forme collective ou individuelle.

- 6. Les traces écrites des activités sont équilibrées ; la plupart des activités conduites en classe donnent lieu à une trace écrite ; les synthèses, résumés, notions à retenir, fiches méthodologiques, font l’objet la plupart du temps d’une élaboration avec les élèves.

- 7. Les élèves à l’école élémentaire sont mis fréquemment en situation de produire un écrit. A la maternelle, ils sont placés régulièrement en situation de dictée à l’adulte.

- 8. Des situations de copie et de calligraphie sont régulièrement organisées jusqu’au CM2, dans un but d’apprentissage ou d’entraînement rigoureux et dans des situations fonctionnelles liées à la vie de la classe.

- 9. L’enseignant choisit une organisation de cahiers, classeurs, dossiers, dont il justifie la logique, celle-ci permettant avant tout aux élèves de se repérer dans leurs apprentissages : par exemple, chronologie pour le domaine historique ou pour le cahier d’expériences scientifiques, logique d’interaction pour la lecture-écriture, logique de progression dans un domaine disciplinaire (la résolution de problèmes), logique de projet interdisciplinaire (dossier de classe d’environnement), méthodologie (cahier d’apprentissages méthodologiques, cahier outil de référence), etc.

- 10.Pour favoriser la consultation de leurs travaux et structurer leurs connaissances, les enseignants apprennent à leurs élèves à constituer des sommaires.

- 11.Les élèves identifient avec leur maître les compétences développées dans les exercices d’entraînement. Les plus grands peuvent les faire figurer en regard de leurs exercices, en correspondance avec les programmations de l’année, à disposition des élèves.

- 12. Sur les exercices d’évaluation tout particulièrement, sont distinguées clairement la compétence évaluée et la consigne. Une concertation sur l’organisation des travaux des élèves figure nécessairement à l’ordre du jour d’un conseil des maîtres ou de maîtres de cycle, afin qu’une cohérence soit trouvée dans l’ensemble des classes de l’école. Des travaux d’élèves sont systématiquement transmis d’une classe à l’autre, afin de tenir compte de ce qui a été fait précédemment.

P.-S.

D’après les recherches du groupe de travail sur les pratiques de classe du département de l’Essonne.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0