CLASS-EDU Site personnel de conseils pédagogiques/didactiques
Accueil du site > Socle commun & programmes scolaires > 7. L’autonomie et l’initiative

7. L’autonomie et l’initiative

jeudi 10 septembre 2009, par classedu

A. − L’autonomie L’autonomie de la personne humaine est le complément indispensable des droits de l’homme : le socle commun établit la possibilité d’échanger, d’agir et de choisir en connaissance de cause, en développant la capacité de juger par soi-même. L’autonomie est aussi une condition de la réussite scolaire, d’une bonne orientation et de l’adaptation aux évolutions de sa vie personnelle, professionnelle et sociale. Il est également essentiel que l’école développe la capacité des élèves à apprendre tout au long de la vie. Connaissances La maîtrise des autres éléments du socle commun est indissociable de l’acquisition de cette compétence, mais chaque élève doit aussi : – connaître les processus d’apprentissage, ses propres points forts et faiblesses ; – connaître l’environnement économique : – l’entreprise ; – les métiers de secteurs et de niveaux de qualification variés ainsi que les parcours de formation correspondants et les possibilités de s’y intégrer.

- Capacités Les principales capacités attendues d’un élève autonome sont les suivantes : – s’appuyer sur des méthodes de travail (organiser son temps et planifier son travail, prendre des notes, consulter spontanément un dictionnaire, une encyclopédie, ou tout autre outil nécessaire, se concentrer, mémoriser, élaborer un dossier, exposer) ; – savoir respecter des consignes ; – être capable de raisonner avec logique et rigueur et donc savoir : – identifier un problème et mettre au point une démarche de résolution ; – rechercher l’information utile, l’analyser, la trier, la hiérarchiser, l’organiser, la synthétiser ; – mettre en relation les acquis des différentes disciplines et les mobiliser dans des situations variées ; – identifier, expliquer, rectifier une erreur ; – distinguer ce dont on est sûr de ce qu’il faut prouver ; – mettre à l’essai plusieurs pistes de solution ; – savoir s’autoévaluer ; – savoir choisir un parcours de formation, première étape de la formation tout au long de la vie ; – développer sa persévérance ; – avoir une bonne maîtrise de son corps, savoir nager.

- Attitudes La motivation, la confiance en soi, le désir de réussir et de progresser sont des attitudes fondamentales. Chacun doit avoir : – la volonté de se prendre en charge personnellement ; – d’exploiter ses facultés intellectuelles et physiques ; – conscience de la nécessité de s’impliquer, de rechercher des occasions d’apprendre ; – conscience de l’influence des autres sur ses valeurs et ses choix ; – une ouverture d’esprit aux différents secteurs professionnels et conscience de leur égale dignité. B. − L’esprit d’initiative Il faut que l’élève se montre capable de concevoir, de mettre en oeuvre et de réaliser des projets individuels ou collectifs dans les domaines artistiques, sportifs, patrimoniaux ou socio-économiques. Quelle qu’en soit la nature, le projet – toujours validé par l’établissement scolaire – valorise l’implication de l’élève. Connaissances Toutes les connaissances acquises pour les autres compétences peuvent être utiles.

- Capacités Il s’agit d’apprendre à passer des idées aux actes, ce qui suppose savoir : – définir une démarche adaptée au projet ; – trouver et contacter des partenaires, consulter des personnes-ressources ; – prendre des décisions, s’engager et prendre des risques en conséquence ; – prendre l’avis des autres, échanger, informer, organiser une réunion, représenter le groupe ; – déterminer les tâches à accomplir, établir des priorités.

- Attitudes L’envie de prendre des initiatives, d’anticiper, d’être indépendant et inventif dans la vie privée, dans la vie publique et plus tard au travail, constitue une attitude essentielle. Elle implique : – curiosité et créativité ; – motivation et détermination dans la réalisation d’objectifs.

- Le principe même du socle repose sur un impératif de qualité. S’agissant d’une culture commune pour tous les élèves, il traduit tout autant une ambition pour les plus fragiles qu’une exigence pour ceux qui réussissent bien. Les graves manques pour les uns et les lacunes pour les autres à la sortie de l’école obligatoire constituent des freins à une pleine réussite et à l’exercice d’une citoyenneté libre et responsable. Ainsi, le socle commun possède une unité : sa maîtrise à la fin de la scolarité obligatoire ne peut être que globale, car les compétences qui le constituent, avec leur liste principale de connaissances, de capacités et d’attitudes, sont complémentaires et également nécessaires. Chacun des domaines constitutifs du socle commun contribue à l’insertion professionnelle, sociale et civique des élèves, pour sa maîtrise à l’issue de la scolarité obligatoire, il ne peut donc y avoir de compensation entre les compétences requises qui composent un tout, à la manière des qualités de l’homme ou des droits et des devoirs du citoyen.

P.-S.

(c) Eduscol

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0