CLASS-EDU Site personnel de conseils pédagogiques/didactiques
Accueil du site > Enseigner le français, la langue, la grammaire > Produire un récit quand on ne sait pas écrire

Produire un récit quand on ne sait pas écrire

dimanche 7 décembre 2008, par classedu

- INTRODUCTION

- Pour restituer un récit, l’enfant doit pouvoir communiquer un contenu qui lui est donné dans un contexte de communication qui lui est imposé. Il doit alors sélectionner les informations qu’il va restituer dans un répertoire potentiel dont il dispose a priori. Dans une situation d’énonciation définie par le lieu, le moment et l’interlocuteur, présent ou virtuel, il devra se souvenir de l’événement, objet de la narration à rapporter à son interlocuteur suivant un schéma intériorisé de la structure événementielle. Pour atteindre le but visé qui est d’intéresser son auditoire, il devra organiser et contrôler ce qui est à dire ou « encore à dire » en fonction des réactions de son interlocuteur. Et parvenir à situer la fin de la narration par un retour à la perspective « d’ici et maintenant » évoquant l’état final des protagonistes. Les propositions qui suivent visent à pointer quelques activités qui paraissent utiles pour obtenir la production de récit. Il ne s’agit bien évidemment que de quelques pistes indicatives qui montrent que le « produit récit » n’est pas un phénomène unitaire mais qu’il associe des conduites discursives et narratives bien difficiles à distinguer. Les enfants devront avoir intériorisé des représentations de chaînes événementielles finalisées de type : BUT-PLAN, et en même temps gérer la composante interactive du discours en situation.

- CONNAÎTRE SUFFISAMMENT DE RÉCITS ET LES ANALYSER

- La première piste consiste à fournir massivement aux enfants l’expérience de contes et de récits pour qu’ils extraient à terme les catégories narratives indispensables à la compréhension et à la production de récits : but, réaction, tentative, résultat. Connaître un répertoire étendu du patrimoine culturel Utiliser la bibliothèque sonore lors d’ateliers d’écoute de contes proposant aux enfants des récits dont la longueur et la complexité vont croître progressivement.
- Se représenter une succession ordonnée d’événements - Reconstituer un événement vécu par la classe représenté sous forme d’images ou de photographies. - Reconstituer une histoire connue en remettant en ordre les images évoquant trois ou quatre épisodes au plus. - Insérer l’image représentant un épisode précis dans l’ensemble des épisodes d’une histoire connue. Choisir des histoires ou des événements connus ne possédant que quatre épisodes au plus.
- Sélectionner les images ayant trait à une histoire connue
- Choisir les images évoquant une histoire connue et justifier en donnant un ou plusieurs détails le choix opéré par rapport à l’ensemble des images représentant l’événement ou l’histoire.
- Analyser la structure d’une histoire connue (état initial, problème posé et résolution, fin de l’histoire)
- Rechercher dans un album les temps essentiels du récit répondant aux questions suivantes : - De qui parle-t-on ? - Que lui arrive-t-il ? - Comment commence l’histoire ? - Comment se termine-t-elle ?
- Savoir identifier la clôture d’un récit
- Comparer plusieurs clôtures possibles d’un même conte (épilogues heureux, malheureux, autres...).
- S’entraîner fréquemment à la prise de parole devant un auditoire L’intériorisation progressive de patrons narratifs est activée par la nécessité de relater des épisodes modestes appartenant à l’expérience ordinaire de l’enfant. Aussi la proposition fréquente faite aux enfants d’évoquer ce qui a trait à leur vie personnelle d’écolier favorise-t-elle l’élaboration mentale de l’organisation du récit et développe-t-elle les capacités à gérer la production d’informations locales. Il est alors conseillé de saisir toutes les occasions possibles favorables à une énonciation.

- S’ENTRAÎNER FRÉQUEMMENT À LA PRISE DE PAROLE DEVANT UN AUDITOIRE

- Savoir argumenter et justifier un point de vue
- Au cours de la vie quotidienne en classe, l’enseignant donnera aux enfants l’occasion : - De verbaliser leurs procédures de résolution ; - De donner leur point de vue personnel en précisant celui-ci par un élément d’explication ; - D’oser demander des explications des consignes qu’il leur donne.
- Évoquer le vécu dans un temps relativement court - Constituer le livre de vie de la classe : raconter le soir les activités de la journée pour les inscrire dans le livre de vie. - Raconter un petit événement survenu soit dans la classe soit dans la famille. - Parler des jeux symboliques qui ont eu lieu dans les coins jeux au moment du bilan des activités de la matinée.
- S’appuyer sur le vécu pour mettre en place un projet - Préparer un anniversaire, une fête (vécu, projet, réalisation). - Relancer une activité qui a disparu dans les coins jeux. Par exemple relancer une action (le bain de la poupée) vécue en classe mais qui a disparu depuis un moment de la vie de la classe. II faut se rappeler la situation, le matériel dont on a besoin et décrire la situation. - Mettre en place une situation de parcours en éducation physique. Un groupe conçoit un parcours de motricité et doit opérer un choix au niveau du matériel et des actions prévues qui sont associées à celui-ci. - Préparer une sortie de classe. - Créer un objet en choisissant une technique adaptée.
- S’entraîner à créer et inventer des histoires - Étoffer une histoire. - Entrecroiser, emmêler des histoires... - Créer une histoire à partir de dessins, de découpages, de collages ou de photos choisis par les enfants. - Créer un mime simple. - Raconter une histoire selon le point de vue de l’un des personnages. - Continuer l’histoire et inventer un épilogue. - Créer un accompagnement de bruitage, de voix, de musiques sur une histoire connue ou sur une histoire inventée.

P.-S.

Niveau : grande section - cours préparatoire

- Nota bene : Ces situations pédagogiques sont extraites d’Évaluation et aide aux apprentissages en grande section de maternelle et en cours préparatoire.
- Cet outil est présent dans chaque école sous forme d’une brochure verte et d’un cédérom et également accessible sur le site banqoutils (http://www.banqoutils.education.gouv.fr). L’objectif de ces outils est d’aider les enseignants à faire le point en début d’année scolaire sur des compétences et des difficultés de leurs élèves afin de concevoir la programmation des activités pour leur classe en prenant en compte les acquis et les besoins de chacun. En prolongement des exercices d’évaluation des compétences sont proposées des situations pédagogiques pour aider aux apprentissages, telles celles qui précèdent. En prolongement des exercices d’évaluation des compétences, vous pouvez accéder aux outils d’évaluation proposés (d’où sont extraites les situations présentées) pour évaluer la compétence suivante : « produire oralement un récit fictif ». (http://www.banqoutils.education.gou...)

- Source du document : http://www.bienlire.education.fr/02...

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0