CLASS-EDU Site personnel de conseils pédagogiques/didactiques
Accueil du site > Enseigner les mathématiques, les sciences > Dans le RAR de Villefranche sur Saône, un enseignant des écoles prend en (...)

Dans le RAR de Villefranche sur Saône, un enseignant des écoles prend en charge une classe de sixième en maths tandis qu’une enseignante du collège intervient dans les classes de CM2 en géométrie.

lundi 22 janvier 2007, par classedu

- Échanger des enseignants entre le premier et le second degré, ce n’est pas fréquent. Pourtant, c’est ce que pratique le Réseau ambition réussite (RAR) de Villefranche sur Saône depuis le début de l’année. Bernadette Duvauchelle, enseignante de mathématiques du collège Jean Moulin, intervient 5 heures hebdomadaires en géométrie dans les onze classes de CM2 rattachées au secteur du collège. En parallèle, Philippe Rougemont, enseignant des écoles surnuméraires au sein du RAR, prend en charge à l’année une classe de 6ème en mathématiques.
- Ce projet pour améliorer la liaison entre le CM2 et la 6ème, notamment en mathématiques, a été initié par l’Inspectrice du second degré de mathématiques en lien avec l’Inspectrice de la circonscription. Au départ, ce passage de l’école au primaire et vice versa ne s’est pas fait sans quelques légères inquiétudes.

- Bernadette, forte d’une expérience de rallye mathématiques, déjà sur la liaison CM2-6ème, redoutait « des attentes fortes de la part des enseignants des écoles sur son expertise en géométrie ». Philippe, qui venait de collaborer avec les enseignants du collège en français sur un projet d’atelier d’écriture l’an passé, envisageait avec un peu d’appréhension « d’enseigner en sixième ». Au final, ces inquiétudes ont été rapidement levées. L’accueil et les échanges avec les enseignants de CM2 se sont révélés très enrichissants. Bernadette pilote la séance, l’enseignant de la classe participe avec elle à l’aide et à la remédiation individuelle auprès des élèves. L’enseignement des mathématiques au collège a juste nécessité une appropriation de la gestion du temps de classe. Philippe a été surpris en début d’année par « les horaires beaucoup plus rigides qu’en école primaire, où l’enseignant est plus libre ». À côté de son implication en sixième, il intervient également dans les écoles de secteur, mais en français cette fois. Il anime des ateliers de production d’écrits pour mettre en place une correspondance entre cinq classes de CM2 et cinq classes de sixième. Tout cela permet à Philippe de connaître non seulement les enseignants de CM2 mais également la plupart des enseignants du collège.
- S’il est encore trop tôt pour tirer un premier bilan de cette expérience, notamment de l’impact sur les élèves, à titre personnel, Bernadette et Philippe la jugent positive dans la liaison CM2/6ème. Bernadette a acquis « une meilleure connaissance des écoles, des enseignants et des élèves de CM2 ». Elle pourra jouer lors de la rentrée prochaine un rôle de passeur, pour les élèves qu’elle connaît tous, entre l’école primaire et le collège, comme Philippe a pu le faire cette année. Une réflexion est également lancée sur l’uniformisation des outils que doivent s’approprier les élèves et qui peuvent être différents au cycle 3 et au collège, comme le passage de l’équerre de l’école à la " réquerre " du collège, conçue pour construire facilement des droites perpendiculaires, des droites parallèles, des médiatrices, des hauteurs...

- L’organisation est le seul point négatif soulevé par les enseignants. La mise en place du projet de façon soudaine et sans réelle anticipation matérielle a posé en début d’année à Bernadette « de grosses difficultés pour dégager des créneaux horaires d’une demi-journée, se concerter et répondre aux attentes des enseignants des écoles... ». Elle estime être devenue opérationnelle seulement au bout d’un mois. La poursuite de ce projet, normalement à l’ordre du jour l’an prochain, devrait faciliter cette organisation. Cependant, les deux enseignants sont unanimes pour regretter « le manque de temps, pourtant indispensable, pour préparer les interventions et se concerter avec les écoles ».

Arnaud Malaisé

P.-S.

Fenêtres sur cours, 2006

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0